Vers un arrêt du massacre des blaireaux anglais?

Le 19 octobre 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'arrêt de l'épidémie de Tb passe par l'amélioration des pratiques des éleveurs.
L'arrêt de l'épidémie de Tb passe par l'amélioration des pratiques des éleveurs.

Bien qu’elles s’en défendent officiellement, les autorités britanniques pourraient finalement arrêter l’abattage massif de blaireaux sauvages… avant qu’il ne commence.

Lancée mi-septembre par le gouvernement Cameron [JDLE], cette mesure extrême de régulation du grand mustélidé (100.000 blaireaux pourraient être abattus) vise à combattre l’épidémie de tuberculose bovine qui frappe les troupeaux dans certaines régions du Royaume.

Or nombre de vétérinaires soulignent, depuis des années, l’inefficacité de cette mesure. Le blaireau n’est, en effet, pas le seul porteur de la maladie: sangliers et cervidés en souffrent aussi et peuvent la transmettre. Et aucune mesure d’éradication de ces «gibiers utiles» n’a été prise par le gouvernement conservateur.

Par ailleurs, indique un récent rapport de la Commission européenne, les mauvaises pratiques des éleveurs ont, elles aussi, largement contribué à la propagation du bacille de la tuberculose bovine (Tb).

Coïncidence: le coup de grâce au programme pourrait, paradoxalement, être donné par ces mêmes éleveurs. Comme le rappelle The Guardian, ce sont eux qui devront régler le montant de l’addition du massacre. Or les services du ministère de l’environnement britannique semblent avoir été un peu optimistes dans leur évaluation initiale des populations de blaireaux à abattre.

En répondant à une question parlementaire, mercredi 17 octobre, le ministre de l’agriculture David Heath a reconnu que les blaireaux étaient deux fois plus nombreux qu’estimé initialement. Cela double mécaniquement le montant de la facture des battues. Ce qui n’est pas du goût de la National Farmers Union.

Le sujet mobilise les défenseurs de la cause animale comme jamais. 150.000 pétitions ont déjà été signées pour stopper l’abattage. Des eco-warriors ont promis de venir perturber les battues. Une méthode qui s’était révélée très efficace pour obtenir la fin de la chasse au renard, en 2004. Les députés britanniques doivent voter une motion appelant à l’arrêt des battues, lors de la séance du 25 octobre.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus