Vers la fin des séismes gaziers de Groningue?

Le 12 janvier 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Nam devra probablement réduire de moitié sa production de gaz naturel.
Nam devra probablement réduire de moitié sa production de gaz naturel.
NAM

Après un nouveau tremblement de terre, survenu le 8 janvier, le gazier néerlandais veut réduire sa production, seule possibilité pour éviter la déstabilisation des terrains et la destruction de bâtiments.

 

Les habitants de la région de Groningue (Pays-Bas) vont peut-être pouvoir vivre sans craindre de nouveaux tremblements de terre. La Nederlandse Aardolie Maatschappij (NAM), l’exploitant du plus grand gisement de gaz naturel d’Europe occidentale entend baisser sa production, pour réduire le risque de séisme.

tremblements de terre

Le début de la crise remonte à l’été 2012. Le 8 août, un tremblement de terre (de magnitude 3,6 sur l’échelle de Richter) secoue fortement cette région du nord du royaume. Des dizaines de milliers de logements et de bâtiments publics sont touchés. La terre tremble de nouveau le 8 février suivant. Rares sont désormais les semaines sans secousses. Rapidement, habitants et géologues mettent en cause le soutirage du gaz qui déstabiliserait les terrains.

1.2 milliard de dédommagements

Une crainte confirmée en février 2015 par un rapport officiel du bureau néerlandais de la sûreté (OVV), une autorité indépendance.

Malgré le paiement de 1.2 milliard d’euros de dédommagements par la NAM, les Hollandais n’en démordent pas. En novembre 2014, 700 propriétaires et une douzaine de bailleurs assignent la filiale commune de Shell et d’Exxon devant la justice et lui réclament le paiement de la valeur de 100.000 logements. L’affaire n’est pas définitivement jugée.

production en chute libre

Mais le gazier néerlandais fait amende honorable. Après la publication en novembre 2017 d’une étude interne confirmant l’existence d’un risque sismique plus important que prévu, la NAM propose de réduire volontairement de 10% sa production d’hydrocarbures. Le gazier y est fortement incité. Le gouvernement néerlandais a limité 20 milliards de mètres cubes par an son niveau de production de 2021: la moitié de celui de 2014. Une décision néanmoins cassée, en novembre dernier, par la Cour suprême des Pays-Bas.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus