Veolia ouvre un centre de traitement de panneaux photovoltaïques

Le 20 mars 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
366 tonnes de panneaux en fin de vie ont été collectés par PV Cycle en 2015
366 tonnes de panneaux en fin de vie ont été collectés par PV Cycle en 2015

Pour la première fois en France, une unité de recyclage de panneaux photovoltaïques voit le jour. Elle sera exploitée par triade Electronique, une filiale de Veolia.

 

Installé à Rousset, dans les Bouches-du-Rhône, et mis en service très prochainement, ce centre de traitement devrait traiter 1.400 tonnes de déchets d’ici à la fin de l’année 2017. La collecte des panneaux photovoltaïques devant monter en puissance, Veolia table sur une hausse annuelle de 40% des tonnages recyclés. Ce qui devrait représenter 4.000 tonnes à l’expiration du contrat, en 2021. En comparaison, 55.000 tonnes de panneaux photovoltaïques sont installés chaque année en France.

 

Nouvelle directive sur les DEEE

En fait, la collecte et le traitement séparés des panneaux photovoltaïques est obligatoire en France depuis l’entrée en vigueur de la deuxième directive sur les déchets électriques et électroniques (DEEE) transposée par le décret du 19 août 2014. C’est la société PV Cycle France qui a été agréée par le ministère de l’environnement comme éco-organisme dédié à la gestion des panneaux photovoltaïques pour la période 2015-2020. C’est aussi elle qui a sélectionné Veolia au terme d’un appel d’offres. «Aujourd’hui, plus de 80% des panneaux photovoltaïques sont installés dans le sud de la France. C’est plus logique de les envoyer près d’Aix-en-Provence qu’en Belgique ou en Asie, comme c’était le cas jusqu’à présent», explique Nicolas Defrenne  directeur général de PV Cycle.

Recyclage express. Chez First Solar, on recycle directement les panneaux. Le constructeur de panneaux et de centrales solaires américain collecte les panneaux usagés avant de les expédier dans l’une de ses usines américaine ou allemande. Broyées et nettoyées, les matières premières (verres, cadmium, tellure) sont ensuite collectées et réinjectées (à 90%) dans le processus de fabrication.

 

Reprise gratuite

Comme les autres filières à responsabilité élargie du producteur, le recyclage est financé par une éco-participation versée par les fabricants, les revendeurs et les importateurs de panneaux. La reprise, elle, est gratuite. Elle est à la charge d’un des 7 logisticiens sélectionnés par PV Cycle sur le territoire lorsqu’elle représente plus de 40 panneaux. S’il y en a moins, ils peuvent être déposés dans un point d’apport volontaire, le plus souvent chez un installateur agréé.

En plus d’alimenter la fabrication de nouveaux modules photovoltaïques, cette filière alimente les filières traditionnelles de récupération du verre, de l’aluminium, mais aussi du cuivre, de l’argent, ou du cadmium. «Le process développé par Veolia permet de recycler plus de 85% du panneau», assure Nicolas Defrenne.

Le parc photovoltaïque hexagonal est amené à tripler au cours des 5 prochaines années. Si la puissance raccordée s’élève à 6,8 gigawattheures-crête (GWc) fin 2016, elle pourrait atteindre 20,2 GWc en 2023, selon la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE).

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus