Veolia mouillée dans le scandale de l’eau plombée de Flint?

Le 23 juin 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un scandale lié à la pauvreté.
Un scandale lié à la pauvreté.
DR

Le géant français de l’eau est poursuivi par la justice du Michigan. Il plaide non coupable.

C’est l’une des premières actions judiciaires engagées après la découverte du scandale de l’eau contaminée de la ville de Flint, en 2015. Mercredi 22 juin, le ministre de la justice de l’Etat du Michigan a annoncé avoir engagé des poursuites contre deux entreprises, responsables à ses yeux de la contamination par le plomb de l’eau potable alimentant Flint.

Deux entreprises poursuivies

Dans un communiqué, le procureur général du Michigan, Bill Schuette, met en cause Lockwood, Andrews & Newman (LAN), entreprise texane d’ingénierie, et 4 filiales nord-américaines de Veolia, le géant français de l’eau.

Dans sa plainte au civil, Bill Schuette reproche aux deux compagnies leur «négligence professionnelle» (pour n’avoir pas anticipé que de forte chloration de l’eau pourrait corroder les canalisations et entrainer une contamination de l’eau par le plomb), et d’avoir violé la législation locale sur l’eau.

La justice du Michigan reproche aussi à Veolia d’avoir affirmé de façon erronée, le 18 février 2015, que l’eau distribuée à Flint était conforme aux normes de potabilité. Ce que Bill Schuette considère comme une fraude.

 

Entre 2014 et 2016, la population de Flint, ville pauvre du Michigan, a consommé une eau l’exposant au risque de saturnisme. Cette plombémie trouve son origine dans le changement de source d’approvisionnement. Jusqu’en 2014, Flint achetait l’eau potable à la ville de Detroit. Pratiquement ruinée, la cité est placée sous tutelle par le gouverneur de l’Etat, le républicain Rick Snyder. Pour réduire ses dépenses, Flint s’est déconnectée du réseau de Detroit et a puisé l’eau dans la rivière éponyme. Fortement chlorée, cette eau, acide, a corrodé les canalisations, mettant en suspension des particules de plomb. De 6.000 à 12.000 enfants pourraient avoir consommé une eau dont les taux de plomb pouvaient être 1.000 fois supérieurs aux normes fédérales. Une étude de l’université du Michigan estime à 5% le taux d’enfants de Flint ayant une concentration de plomb supérieure à 5 microgrammes/litre de sang: deux fois plus qu’en 2013.

 

Comme souvent en pareil cas, le procureur général souhaite voir infliger des centaines de millions de dollars de dommages et intérêts aux deux entreprises «pour les dégâts causés par elles à Flint».

Une vision que ne partagent pas les mis en cause. Sur son site, LAN rappelle qu’elle n’était pas en charge de l’exploitation de l’usine de potabilisation de Flint. La compagnie texane souligne aussi que la décision de puiser dans la rivière l’eau servant à la production de l’eau potable avait été prise par le conseil municipal de la ville et non par l’industriel.

Veolia tient à peu près le même langage. «Veolia est consternée par la plainte déposée par le procureur général du Michigan Bill Schuette, accusant sa filiale nord-américaine d’avoir entretenu et laissé empirer la crise de l’eau de Flint et dénonçant sa responsabilité dans cette crise. Ces allégations sont totalement fausses et infondées, ce que Veolia n'aura aucune difficulté à démontrer, n'ayant jamais été missionnée par la ville de Flint pour des tests concernant le plomb ou le cuivre. Veolia North America n’a été missionnée par la ville de Flint qu’une seule fois et pour un seul mois, en 2015. La mission qui lui a été confiée portait sur l’analyse des effets résiduels du processus de chloration (sous-produits de désinfection) de l’eau potable de la ville. A aucun moment, le périmètre d’intervention de Veolia North America n’a inclus de tests sur le plomb ou le cuivre, ces tests étant réalisés par une autre société», explique un porte-parole du géant français. 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus