Veolia impliqué dans une controverse aux Etats-Unis

Le 20 juin 2008 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le «couloir du cancer», c’est le surnom donné à Port Arthur, une ville du Texas qui accueille raffineries, usines chimiques et installations des déchets. Selon le New York Times (1), Veolia souhaite éliminer 20.000 tonnes de polychlorobiphényles (PCB) produites à Mexico, ce qui met en colère des élus locaux qui menacent d'aller devant la justice. Ces molécules sont cancérogènes et reprotoxiques, et causent des dommages au cerveau et au foie. La population de Port Arthur, à majorité afro-américaine, a déjà un taux de cancer 20% plus élevé par rapport à la moyenne du Texas.

Il existe une interdiction fédérale d’importer des PCB aux Etats-Unis. Mais Veolia a fait une demande d’exemption auprès de l’Agence de protection de l’environnement (EPA). Le géant français souhaiterait transporter par camions ces déchets dangereux et les brûler dans son incinérateur proche de Port Arthur qui élimine les PCB américains depuis 1992.

L’EPA avait donné un avis positif provisoire en mars, et devrait publier sa décision finale en août. L’agence est soutenue par une ONG environnementale, le Natural resources defense council, qui préfère une incinération propre à un stockage temporaire qui pose «des risques environnementaux immédiats». D’autres associations, au contraire, parlent de problèmes de fonctionnement de l’installation d’incinération de Veolia.

Selon Veolia, les PCB produits à Mexico sont actuellement exportés en Europe, pour un coût trois fois plus élevé.


(1) «Tons of PCBs may come calling at a down-at-the-heels Texas City», article publié le 19 juin


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus