Vents contraires sur l’économie circulaire

Le 10 juillet 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Londres s'oppose à tout objectif contraignant
Londres s'oppose à tout objectif contraignant

Après la commission Environnement, le Parlement européen a adopté le 9 juillet une résolution ambitieuse sur l’économie circulaire, prévoyant d’augmenter de 30% la productivité des ressources en 2030 par rapport à 2014. En parallèle, le Royaume-Uni fait savoir dans un livre blanc qu’il est opposé à tout objectif contraignant.

 

 

Après l’unanimité de l’appel à sauver le paquet Economie circulaire, les tensions apparaissent de nouveau, à mesure que les négociations autour d’un nouveau paquet législatif, qui doit être présenté d’ici fin 2015, progressent en coulisses.

 

Fidèles à leurs positions, les eurodéputés soutiennent majoritairement une hausse de 30% de la productivité des ressources (avec des objectifs individuels selon les Etats), mais aussi une réduction progressive et contraignante de la mise en décharge, l’incitation à donner les invendus des supermarchés aux associations caritatives ou encore l’élargissement de la directive Ecodesign d’ici fin 2016 à tous les groupes de produits.

 

«L’Europe dépend plus que toute autre région dans le monde des ressources importées. Une meilleure utilisation des ressources en 2030 pourrait créer deux millions d’emplois durables et réduire les émissions de gaz à effet de serre de 2 à 4% par an», affirment les eurodéputés.

 

Londres réclame des objectifs volontaires

 

Si le Parlement est relativement proche de la position de la Commission (un premier Paquet avait été présenté en juillet 2014 avant d’être supprimé de l’agenda 2015), ce n’est pas le cas du gouvernement britannique, qui vient se déclarer opposé à tout objectif contraignant, dans un livre blanc consulté par le quotidien britannique The Guardian. «Nous pensons qu’une plus grande importance doit être accordée à d’autres mesures, comme des accords volontaires conclu avec l’industrie ou des incitations pour faire changer les comportements», écrivent les élus conservateurs.

 

Selon le ministère britannique de l’environnement (Defra), l’Angleterre a recyclé 44,2% de ses déchets ménagers en 2013, soit 0,1% de plus qu’en 2012. L’actuelle directive-cadre sur les déchets cible 50% de recyclage d’ici à 2020.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus