Vélo: les villes, maîtresses de leur destin

Le 16 mars 2018 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
75% des déplacements font moins de 5 kilomètres, rappelle Elisabeth Borne.
75% des déplacements font moins de 5 kilomètres, rappelle Elisabeth Borne.

Les communes ont encore de sacrés efforts à produire pour que leurs habitants puissent se déplacer à vélo confortablement et en sécurité. Ce baromètre inédit des villes cyclables de France décrit, à quelques exceptions près, des politiques cyclables indigentes. La fédération des usagers de la bicyclette (FUB) propose de solides pistes pour améliorer la situation.

 

Qu’y a-t-il de commun entre Levallois-Perret, Sotteville-lès-Rouen et Francheville? Leurs cyclistes partagent le même point de vue sur le sort qui leur y est fait: déplorable. Ces 3 villes figurent en queue du peloton des 316 communes scrutées par ceux qui s’y déplacent à la force du mollet. 113.009 d’entre eux –cyclistes en majorité, mais pas seulement– ont répondu à la trentaine de questions posées par la Fédération des usagers de la bicyclette[1] (FUB), qui publie ce 16 mars son premier baromètre des villes cyclables. En décembre dernier, les premiers résultats de cette enquête inédite avaient été publiés, dévoilant un constat sévère sur la sécurité, les relations aux véhicules à moteur, le stationnement ou encore les aménagements cyclables en général. Cette 2nde salve va permettre aux villes auscultées par leurs usagers de se situer, de s’inspirer et, qui sait, de s’améliorer.

C’est en tous cas le souhait de la FUB, qui tient son congrès annuel à Lyon. «Ce baromètre doit susciter le débat dans chaque territoire et susciter des politiques cyclables plus ambitieuses», et ce d’autant plus à l’heure où se concocte la future Loi d’orientation des mobilités. Elisabeth Borne restera-t-elle au firmament dans le cœur des cyclistes, pour avoir déclaré que «quand on sait que 75% des déplacements font moins de 5 kilomètres, il faut arrêter de regarder le vélo avec condescendance en considérant que c’est un sujet mineur»? Sa future loi le dira.

Des villes actrices

Reste que les villes peuvent avoir le destin cyclable de leur ville entre leurs mains, même sans le soutien de l’Etat. Le succès de Strasbourg, Grenoble et La Rochelle -1ères dans leur catégorie de populations- en témoignent. C’est dans ces communes que l’on trouve le plus de cyclistes heureux des aménagements, de la communication avec leur municipalité, de la sécurité, ou encore de l’entretien.

Constructive, la FUB livre clé en main des pistes pour s’améliorer, ville par ville. Parmi elles, la création d’un réseau cyclable complet et sans coupure revient le plus. La création d’un fond national vélo doté de 200 M € par an pour aider les villes à investir dans leur réseau d’itinéraires cyclables, préconisée par le rapport Duron, paraît une voie d’avenir pour la FUB.

La fédération rappelle que 60% des répondants ne trouvent pas de solution sécurisée pour stationner leur vélo en gare. «Comment espérer des TER plus fréquentés s’il n’est pas possible de se rendre à la gare autrement qu’en voiture?» Et d’inciter, «pour sauver les lignes de train du réseau capillaire régional», à favoriser le rabattement à vélo vers les gares, pour «transforme le transport en commun en système porte-à-porte», comme au Pays-Bas.

Un concept justement employé par la direction de la SNCF dans la feuille de route qu’elle a remis la veille à la ministre des transports. La marge de progression est énorme: la France ne compte que 30.000 places de stationnement vélo en gare contre 440.000 aux Pays-Bas. Ambitieuse, la FUB demande la création de 200.000 places de stationnement vélo dans les gares de France en trois ans. Rendez-vous dans deux ans pour évaluer les progrès.



[1] Soit 300 associations (et antennes) de cyclistes urbains, 3 millions de cyclistes quotidiens et 17 millions d’usagers réguliers.

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus