Véhicules hybrides diesel

Le 21 mars 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
SUV
SUV

Ces derniers mois, différents constructeurs automobiles ont annoncé la prochaine commercialisation de moteurs hybrides diesel. Mais l'intérêt économique et environnemental de cette technologie ne fait pas encore l'unanimité.

Lors du dernier salon de l'auto à Genève, General Motors (GM) a présenté l'Opel Astra hybride diesel-électrique, un prototype dont la consommation peut diminuer jusqu'à 25% (4 litre pour 100 kilomètres). En décembre déjà, GM a annoncé développer un système de propulsion hybride bi-mode adaptable à toutes les motorisations en collaboration avec Daimler Chrysler. De son côté, Toyota a commercialisé au Japon depuis 2003 un modèle hybride diesel de son utilitaire Dyna.

Mais les avantages de cette technologie n'apparaissent pas aussi nets que certains constructeurs l'affirment. «Pour les moteurs à essence, il est acceptable pour un client de payer un peu plus cher un véhicule qui consomme beaucoup moins de carburant que sa version non hybride et qui atteint les 115 grammes de CO2 par kilomètre parcouru (g/km), estime André Douaud, directeur technique du Comité des constructeurs d'automobiles français (CCFA). Mais les véhicules diesel qui émettent moins de 115 g/km de CO2 sont déjà à des prix très compétitifs. Le gain environnemental lié à l'hybridation est donc plus faible.» Les seuls marchés qui semblent prometteurs sont les marchés de niche comme les 4x4 et les SUV (1).» Car les émissions de ces véhicules restent encore très importantes du fait de leur masse. D'ailleurs, les premières commercialisations de GM, prévues en 2007, devraient porter sur les modèles Chevrolet Tahoe et GMC Yukon, deux SUV.

Cependant, à plus long terme, l'hybridation pourrait se développer, selon André Douaud. Les constructeurs travaillent à un nouveau procédé de combustion, appelée combustion homogène. Les expérimentations actuelles montrent des rejets de polluants (oxydes d'azote, monoxyde de carbone, dioxyde de soufre, etc.) 100 fois plus faibles que ceux des moteurs actuels. «On peut penser que cette technologie allégera le coût lié au post-traitement (pot catalytique, filtre à particules, etc.), continue le directeur technique du CCFA. Alors le surcoût lié à l'hybridation apparaîtra peut-être plus acceptable.»



(1) Sport utility vehicle, sorte de 4x4 pour citadins




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus