Véhicule autonome: collectivités et industriels consultent

Le 27 novembre 2017 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Arma assure désormais la liaison entre le tramway et les bureaux de Confluence, à Lyon.
Arma assure désormais la liaison entre le tramway et les bureaux de Confluence, à Lyon.
©Pierre Salomé - "Aishuu"

Comment les véhicules autonomes vont-ils façonner les villes, les campagnes et les vies? C’est à ces questions qu’entendent apporter un début de réponse des débats de citoyens, organisés dans 4 territoires, sous la houlette de collectivités et d’industriels du secteur.

Des véhicules sans conducteur qui sillonnent Rennes Métropole. Le campus de Sophia-Antipolis quadrillé par une voiture volante. Des robots-pilotes qui acheminent des colis au cœur des villages de l’Oise. Le courant des mobilités ‘sans pilote’ devrait, à en croire l’intitulé des colloques, études et autres grands-messes qui fleurissent sur le sujet, constituer une lame de fond du transport de demain. «L’arrivée des véhicules autonomes dans nos territoires n’est pas juste une nouvelle étape du progrès de l’automobile et des transports. Plus qu’une innovation, c’est une révolution qui pourrait fortement modifier notre modèle de société», estime le cabinet Missions publiques[1], qui a convaincu des industriels et des collectivités publiques de lancer des débats autour du sujet.

Collectivités et industriels

Rennes Métropole, Toulouse Métropole, la communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise et la communauté d’agglomération Sophia Antipolis ont adhéré à ce projet de ‘débat citoyen’, qui consiste à rassembler environ 130 personnes dans ces 4 territoires, pour «dialoguer et réfléchir» sur la ville et la vie sociale, économique, culturelle façonnées par ces véhicules autonomes. Des industriels sont évidemment de la partie: Airbus, Allianz France, Forum Vies Mobiles (institut de recherche créé par SNCF), Kéolis et Vinci (via Léonard, la plateforme de prospective et d’accélération de projets innovants du groupe). Aucun constructeur automobile n’a en revanche pris part au projet.

Quel futur souhaitable

 «Si personne n’a de doute sur le fait que le véhicule autonome va s’imposer, on ignore encore quel modèle de développement va s’installer, parmi tous ceux que proposent aujourd’hui les scénarios prospectivistes», explique Erwan Dagorne, consultant chez Missions publiques. Au menu des questions: chacun aura-t-il sa propre voiture sans avoir besoin de la conduire lui-même? Comment garantir la confiance et la sécurité des utilisateurs des véhicules autonomes? Est-ce que le véhicule volera? «Qu’est-ce qui est acceptable, qu’est-ce qui ne l’est pas?, ajoute le jeune homme. Aucune organisation ne pourra mettre seule en œuvre ce changement. Il est donc nécessaire d’interroger ce que l’on souhaite pour notre société.»

Recrutement sur internet

Une campagne de recrutement sur internet vient d’être lancée, jusqu’au 20 décembre, pour sélectionner un panel représentatif des habitants des territoires. «Il y aura des passionnés des nouvelles technologiques, de la mobilité et de prospective, mais pas seulement, précise Erwan Dagorne. Nous recrutons aussi, en local, des personnes éloignées du sujet, qui rencontrent des difficultés de mobilité et d’accessibilité.» Ces panels seront rassemblés pour une journée d’échange le 27 janvier 2018.                 

 



[1] L’agence se présente comme «engagée, spécialisée dans la création de démarches participatives visant à mettre en débat les enjeux sociétaux du XXIe siècle».

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus