Varsovie ne veut pas de nouvelle politique climatique européenne

Le 22 mai 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La centrale de Belchatow continuera de rejetter des dizaines de millions de tonnes de CO2 par an.
La centrale de Belchatow continuera de rejetter des dizaines de millions de tonnes de CO2 par an.

Une nouvelle politique climatique de l'Union européenne pourra voir le jour seulement après la conclusion d'un accord global possible en 2015 sur les objectifs à atteindre, a affirmé, ce 22 mai, le ministre polonais de l'environnement, Marcin Korolec.

«Une longue discussion commence sur l'avenir de la politique climatique. Il est exclu que de nouvelles solutions puissent être adoptées durant le mandat actuel du Parlement européen et de la Commission européenne», a déclaré le ministre à l'agence polonaise PAP.

«Il faut d'abord un accord global concernant les objectifs à atteindre, qui devrait être conclu en 2015», a-t-il ajouté.

Selon Marcin Korolec, Bruxelles devrait proposer notamment une réduction de 30% des importations d'hydrocarbures d'ici 2030, accompagnée de mesures de soutien aux producteurs de voitures électriques. L'UE devrait aussi, estime-t-il, interdire de subventionner certaines technologies de l'énergie, afin d'inciter les producteurs à chercher de nouvelles solutions économiquement viables.

Concernant le marché des quotas d'émission de CO2, le ministre a critiqué la proposition de la Commission européenne de geler une partie de ces quotas pour en faire augmenter le prix: «On peut se demander pourquoi la Commission propose de perturber, avec des décisions administratives, les mécanismes de marché qu'elle avait elle-même institués».

«La Pologne y a été opposée dès le début et je suis confiant que le Parlement européen rejettera [cette proposition] une nouvelle fois», a-t-il ajouté.

Le 16 avril dernier, le Parlement européen avait rejeté la proposition de la Commission de geler l’allocation, sur plusieurs années, de 900 millions de quotas d’émission, pour ne pas pénaliser l'industrie lourde frappée par la récession et marquer sa défiance face à l'absence d'accord international pour lutter contre le réchauffement du climat [JDLE].



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus