Variscan suspend ses projets miniers en Bretagne

Le 16 juin 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Manifestation bretonne contre les projets miniers de Variscan
Manifestation bretonne contre les projets miniers de Variscan

La filiale française du groupe australien Variscan a annoncé, par voie de communiqué, qu’elle suspendait tout projet d’exploration minière en Bretagne.

 

Il n’y aura sans doute pas d’exploration minière à Merléac. La filiale du groupe australien Variscan, qui prospecte le zinc, le plomb, l’étain, l’or, l’argent, le cuivre et le tungstène, a annoncé qu’elle jetait l’éponge, suite à la demande du conseil régional. L’entreprise dont le siège social français est établi à Orléans, avait obtenu en 2014 et 2015 -du ministre de l’économie Emmanuel Macron- trois permis de recherche en Bretagne, situés à Merléac, Silfiac et Loc-Envel (Côtes d’Armor). Elle a décidé de les «suspendre», sans toutefois les abandonner totalement.

Les représentants de Variscan, de la région Bretagne[1] et des associations locales seront reçus à l’Elysée le 21 juin, l’abrogation d’un permis minier relevant de la compétence de l’Etat. Le ministre de la transition écologique Nicolas Hulot a fait savoir, via le député des Côtes d’Armor Marc le Fur (LR), qu’il donnait son feu vert au lancement d’une étude indépendante. Six candidats aux législatives de la circonscription de Merléac ont demandé l’abrogation du permis.



[1] le président par interim Loïg Chesnais-Girard et les vice-présidents Thierry Burlot (environnement) et Olivier Allain (agriculture)

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus