Vanoise : un chasseur tue un aigle royal

Le 16 décembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'autopsie de la dépouille d'un aigle royal adulte, découverte le 27 novembre dans la haute vallée de Champagny (Savoie), vient de révéler la présence de grenaille de plomb à l'origine de la mort de l'oiseau, indique un communiqué du Parc national de la Vanoise, publié vendredi 16 décembre.
 
La Fédération Départementale des Chasseurs de la Savoie et le Parc national de la Vanoise condamnent vigoureusement «cet acte irresponsable». Depuis la loi de 1979 et son décret d’application de 1981, les rapaces diurnes et nocturnes sont protégés en France.
 
Et notamment l’aigle royal, dont les effectifs sont faibles. Dans la seule Vanoise, une trentaine de couples sont connus et suivis par les agents du parc national et de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage. L'espèce demeure très fragile au regard de son faible succès reproducteur, en moyenne 0,5 aiglons par an et par couple.
 
De plus, sa longue période de reproduction, de mars à fin juillet, l'expose à des perturbations telles que le survol des aéronefs motorisés ou non, ou bien encore la pratique de l'escalade à proximité immédiate d'une aire occupée.
 
La mort d'un aigle royal adulte reste toujours une atteinte forte, non seulement à l'espèce mais à toute sa population puisque la formation d'un nouveau couple prendra du temps avant son établissement sur un nouveau site.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus