Vandellos II: production ou sécurité?

Le 27 mai 2005 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les techniciens du Conseil de la sécurité nucléaire (CSN) en Espagne ont expliqué aux Cortès à Madrid leur version de l’incident survenu à Vandellos II, versant de nouvelles contradictions à la polémique qui ébranle l’organisme public. Les huit experts responsables du rapport sur l’incident du mois d’août sur la centrale de Vandellos II, le plus grave depuis 1992, ont expliqué que le CSN avait depuis 1991 exempté l’installation catalane d’essais de contrôle de la canalisation dont la rupture en 2004 est à l’origine de l’incident. La présidente du CSN,María-Teresa Estevan Bolea avait affirmé, il y a un mois, devant les mêmes députés ne pas savoir pourquoi ces essais n’avait pas été effectuées dans la centrale et soutenu que ces vérifications auraient évité l’accident. Mais la contradiction vient de l’intérieur, la directrice technique à la sécurité nucléaire du conseil, Isabel Medallo, considérant ledit examen «n’est pas le moyen le plus adéquate pour détecter ce genre de problème. Il aurait même pu ne pas servir à détecter la corrosion de la conduite», a-t-elle déclaré au sortir de sa comparution, lundi. I.Medallo estime également que les services de Vandellos II «ont préféré la production à la sécurité», le redémarrage du réacteur en août «s’est effectué dans des conditions de sécurité qui n’étaient pas les plus adéquates», a-t-elle insisté. Un des experts a y compris déclaré aux groupes de l’Assemblé que l’incident du 25 août pourrait être reclassé de niveau 3, ce qui ne s’est plus vu depuis 1989, lors d’un incident sur Vandellos I. Les députés des Cortès sont sortis sceptiques de l’audience des experts qui contredisent leur présidente, le groupe socialiste réitérant son intention de réformer le CSN.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus