Valérie Pécresse lance son RER vélo

Le 23 avril 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Près de 700 km de pistes sont annoncés.
Près de 700 km de pistes sont annoncés.
DR

La région Île-de-France va investir 300 M€ en 10 ans pour développer plus de 600 km d’ouvrages cyclables sécurisés. Objectif: faire du vélo un mode de transport de masse.

 

Un mois après sa présentation, la région Île-de-France a transformé l’essai. L’exécutif de la région capitale a confirmé, le 22 avril, le lancement de l’un des plus ambitieux programme national de promotion de la petite reine: le RER Vélo.

Conçu par les 33 associations du collectif Vélo Île-de France, ce programme vise à développer un réseau régional de voies cyclables «continues, sécuritaires et confortables».

680 km de pistes

Le projet comporte 9 itinéraires de 680 km. Représentant deux tiers du réseau, Les axes stratégiques pourraient être réalisés d’ici à 2025. La deuxième phase d’aménagement est prévue d’ici à 2030.

Dans un premier temps, 4 axes structurants verront le jour, dès le mois de mai, pour soulager les lignes de transports en commun les plus fréquentées, comme la ligne 13 du métro, et les lignes A, B, C et D Sud du réseau express régional (RER). Le vélo est aussi vu comme un moyen de diminuer la le nombre de voyageurs empruntant les transports collectifs, en période de déconfinement.

300 M€ sur 10 ans

Dès le 11 mai, indique la Région, des boulevards et voies rapides franciliens accueilleront des pistes provisoires réservées aux vélos et autres moyens de mobilité douce, construites avec des plots et des marquages au sol.

La Région prévoit de consacrer 300 M€, sur 10 ans, à ce programme, soit 60% du coût total du réseau. L'aide régionale passera de 50% à 60% pour les itinéraires du RER Vélo, avec un plafond de subvention relevé à 600.000 euros par kilomètre, contre 275.000 euros à l’origine.

Imaginé dans la perspective du déconfinement, cet investissement préfigure le réseau cyclable régional définitif, un outil grâce auquel le vélo pourrait devenir un moyen de transport de masse.

L’équipe de la présidente Valérie Pécresse ambitionne de mettre quotidiennement 800.000 franciliens sur leur vélo : deux fois plus qu’avant le début de la crise sanitaire.