Val Tolosa: annulation du permis de construire

Le 14 juin 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Val Tolosa, un complexe commercial sur 115.000 m2 de terrain
Val Tolosa, un complexe commercial sur 115.000 m2 de terrain

La cour administrative d’appel de Bordeaux vient d’annuler le permis de construire accordé au promoteur Unibail pour édifier un centre commercial sur près de 115.000 mètres carrés. Une victoire de taille pour les opposants, qui restent vigilants.

La cour administrative d’appel de Bordeaux a annulé ce 14 juin le permis de construire délivré en 2009 pour la construction de ‘Val Tolosa’, à 10 minutes à l’ouest de Toulouse. Une grande victoire pour les opposants à ce projet de centre commercial «inutile, démesuré, inadapté aux attentes et à l’évolution des habitudes de nos concitoyens».

Leader de l’immobilier commercial

Sur près de 115.000 m2 est projetée la construction d’un hypermarché, de 4.200 places de parking, de 150 enseignes et de 60.000 m2 de surface de vente. Un projet porté par Unibail-Rodamco, le premier groupe européen coté du secteur de l'immobilier commercial. «Il n’y a donc plus aucune raison aujourd’hui pour le département de déclasser les routes dans l’urgence et sous la pression. Le contexte économique, social et légal a bien changé depuis la constitution du dossier en 2003. Le projet sera remis sur la table et devra tenir compte de ces évolutions», estime l’association Gardarem La Menuda dans un communiqué.

Second permis de construire

Les opposants restent prudents car le promoteur a déjà déposé un permis de construire rectificatif, qui a fait l’objet d’une enquête publique du 25 avril au 7 juin. «Comme en 2008, lors de la première enquête, la population est venue nombreuse malgré les entraves, constate Gardarem La Menuda. Les avis sont majoritairement opposés au projet, comme ce fut le cas en 2008. Espérons que la commission d’enquête ne reproduira pas le déni de celle de l’époque qui avait conclu à un équilibre des opinions.» En avril 2016, le tribunal administratif de Toulouse avait annulé l’arrêté préfectoral qui autorisait la destruction d’espèces protégées.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus