Vache folle: l’UE assouplit les règles

Le 20 juillet 2010 par Thérèse Rosset
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

2.167 cas de vache folle en 2001 en UE. Plus que 128 en 2008. Au vu de ces chiffres encourageants, la Commission européenne a rendu une communication à l’intention du Parlement européen et du Conseil le 16 juillet en vue de modifier les règles mises en place pour éviter la propagation de l’ESB (encéphalopathie spongiforme bovine), autrement dit la maladie de la vache folle.

Les commissaires européens envisagent la levée progressive de l’interdiction des farines animales pour les non-ruminants (porcs, volailles poissons). Depuis 1994, il est en effet interdit de nourrir les ovins et caprins avec des farines de viande et d’os (FVO) de mammifères.

Il est également prévu d’établir un « certain seuil de tolérance » des protéines animales transformées (PAT). En 2001, le régime s’est durci avec la prohibition totale des PAT destinés aux animaux élevés pour la production alimentaire..

Le texte prévoit aussi de mieux cibler l’activité de surveillance chez les bovins, notamment par la poursuite du relèvement progressif de la limite d’âge pour la réalisation de tests de dépistage.

Actuellement, l’ensemble du troupeau est abattu en cas de détection d’une bête malade. Le document de la Commission propose d’abandonner l’abattage systématique. Ainsi, les animaux du troupeau (dans lequel un porteur de l’ESB a été recensé) pourraient être tués à des fins de consommation humaine, à condition qu’ils aient été soumis à un test de dépistage préalable. Seuls deux animaux avaient été dépistés positifs en 2008, et aucun en 2009. D’où l’idée d’un assouplissement du régime.

Cette « feuille de route » rédigée par la Commission est la seconde du genre et s’inscrit dans un document de stratégie pour la période 2010-2015. Affaire à suivre.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus