Usiner la nuit pour trouver un débouché à l’électricité éolienne nocturne

Le 09 janvier 2014 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une éolienne, la nuit.
Une éolienne, la nuit.
DR

Payer les entreprises pour consommer de l’énergie. Voilà qui pourrait plaire au Medef… La proposition émane malheureusement du National Grid –le RTE[1] britannique- qui voit la facture des compensations à verser aux producteurs d’énergie éolienne s’alourdir d’année en année. Car le National Grid verse de l’argent aux férus d’Eole pour qu’ils stoppent leurs turbines et cessent d’alimenter le réseau. C’est le cas en période de grand vent et la nuit, quand l’activité économique et domestique est au plus bas.

 

Petit détail d’importance: il faudrait que les usines qui optent pour ce nouveau deal travaillent… la nuit, quand la demande en énergie a chuté, mais que tournent encore les pales des turbines. «De tels contrats seraient moins chers que de contraindre la production», a déclaré un représentant du National Grid cité par The Telegraph. Pour la période 2012-2013, les producteurs d’énergie éoliennes ont reçu 7.6 millions de £; un montant qui devrait atteindre 27.9m de £ en 2013-2014, car les capacités installées augmentent.

 



[1] Réseau de transport d’électricité, chargé de d’exploiter, d’entretenir et de développer le réseau public français de transport d'électricité haute et très haute tension. RTE est aussi chargé de maintenir l’équilibre du réseau.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus