USA: soupçon de pollution liée au gaz de schiste

Le 03 septembre 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

L’Agence de protection de l’environnement américaine (EPA) a confirmé, dans un communiqué du 1er septembre, la présence de polluants dans les réserves d’eau potable du village Pavillion dans l’Etat du Wyoming, suspectés d’être liés à l’exploitation du gaz de schiste.

« La présence d’hydrocarbures pétroliers, ainsi que d’autres composés chimiques dans les eaux du sol représente une menace pour l’eau potable », indique l’EPA qui a analysé, en janvier 2010, la présence de plus de 300 substances dans 19 puits d’eau potable de Pavillion situés à proximité de sites d’exploitation de gaz naturel. Ses résultats ont montré la présence de faibles taux d’hydrocarbures pétroliers, dont du benzène et du méthane, ainsi que d’autres composés chimiques dans 17 des 19 puits. Des taux élevés ont par ailleurs été mesurés dans les eaux du sol, ce qui laisse planer le risque d’une éventuelle migration de la pollution vers l’aquifère souterrain d’eau potable.

Les représentants du gouvernement ont recommandé aux habitants de ne plus consommer l’eau de leurs puits domestiques. L’EPA n’a pas émis de conclusions concernant l’origine de cette pollution. Elle a toutefois annoncé qu’elle travaillait étroitement avec le gouvernement et EnCana, le producteur canadien de gaz, afin de veiller à l’approvisionnement en eau saine des habitants mais aussi à l’étude de solutions à long terme comme la mise en place de systèmes de traitement des eaux.

L’histoire remonte à 2008, quand des riverains s’étaient plaints d’une détérioration de la qualité de leur eau potable. Une première analyse conduite par l’EPA en mars 2009 avait déjà montré la présence de polluants (méthane, hydrocarbures et composés chimiques) dans 11 puits sur 39, mais à des concentrations indéterminées.

La découverte de cette pollution intervient alors que l’EPA doit bientôt conduire une étude visant à évaluer la sécurité d’une nouvelle technique d’extraction du gaz naturel dite de « fracking » ou de fracturation hydraulique, suite aux craintes d’éventuels effets sur la santé liés à cette technologie, selon Reuters.

Si elles sont confirmées, ces inquiétudes risquent de donner un coup de frein au développement de l’exploitation des vastes réserves de gaz de schiste aux Etats-Unis.

Dans les prochains mois, l’EPA tentera d’identifier les sources de la contamination.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus