- 

USA: réduction des GES dans les entreprises

Le 18 février 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Californie smog
Californie smog

Profitant de l'entrée en vigueur du protocole de Kyoto, Calpers a demandé aux entreprises, dans lesquelles le fonds de pension des retraités du secteur public californien investit, d'informer de manière plus transparente sur les impacts environnementaux qu'elles génèrent.

Le poids de Calpers est loin d'être négligeable puisque ce fonds de pension californien gère un portefeuille de plus de 182 milliards de dollars (140 milliards d'euros) et 1,2 million de membres. Le plan qu'il propose inclut la signature du Carbon disclosure project (CDP). Créé par des investisseurs financiers, le CDP demande aux 500 plus grandes entreprises mondiales (FT 500) de rendre publiques leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) en les publiant sur le site internet du CDP. Le 1er février, 143 investisseurs, représentant 20 milliards de dollars (15,3 milliards d'euros), ont d'ailleurs écrit aux entreprises appartenant au FT 500 pour qu'elles communiquent sur leurs investissements en matière de réduction des GES. Leur argumentaire, repris par Calpers, est fondé sur le fait que le changement climatique entraîne des risques financiers importants, liés au climat mais aussi aux réglementations mises en place. Or, de manière générale, la qualité et la quantité des informations sur les GES s'avèrent pauvres, ce qui ne permet pas aux investisseurs de choisir convenablement leurs placements. Le CDP est un succès puisqu'en mai 2004, il représentait deux fois moins d'investissements qu'en février 2005 (10 milliards de dollars ou 7,6 milliards d'euros).

Le deuxième voeu de Calpers porte plus particulièrement sur l'industrie automobile. Le fonds de pension a décidé de faire pression sur Ford et General motors pour que leurs véhicules respectent les normes d'émissions de gaz à effet de serre californiennes. Calpers intervient ainsi dans une bataille qui oppose des constructeurs automobiles menés par l'Alliance of automobile manufacturers (1) et l'Etat de Californie. Ce dernier veut mettre en place, pour 2009, une réglementation sur des valeurs limites d'émission de GES pour chaque véhicule. Cela devrait permettre de réduire les rejets de CO2 de 30% en 2016. Or, les constructeurs automobiles ont lancé en 2004 une procédure judiciaire contre cette mesure, en arguant que cela entraînerait une augmentation d'environ 3.000 dollars (2.300 euros) du prix des véhicules pour les Californiens et qu'une loi sur les limites d'émissions de GES ne peut être adoptée qu'au niveau fédéral. Nul doute que l'annonce de Calpers qui représente plus d'un million de consommateurs potentiels devrait faire réfléchir les industriels.

(1): l'Alliance of automobile manufacturers représente BMW, Daimlerchrysler, Ford, General motors, Mazda, Mitsubishi motors, Porsche, Toyota et Volkswagen.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus