USA: la politique sur les particules fines contestée

Le 26 janvier 2006 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La politique de lutte contre la pollution de l'air connaît des freins aux Etats-Unis, opposant les Etats contre l'Agence de protection de l'environnement.

Présentée par l'Agence de protection de l'environnement (EPA) américaine comme une priorité de la présidence Bush, la mise en place d'une nouvelle réglementation sur les particules fines (PM-2,5) traîne en longueur. Elle doit permettre d'éviter 15.000 morts prématurés, 75.000 cas de bronchite chronique, 10.000 admissions à l'hôpital pour maladies respiratoires et cardiovasculaires, des centaines de milliers de cas d'asthme aggravé et 3,1 millions d'absences au travail annuels dus à des symptômes liés à une exposition aux particules fines. Certains Etats s'opposent à la politique mise en oeuvre par l'EPA. En effet, en décembre 2004, l'Agence a désigné les régions dont les concentrations dans l'air de particules fines apparaissent satisfaisantes. 30 Etats qui représentent une population de 197 millions de personnes respectent les normes introduites en 1997 (1). Huit régions sont en passe de les atteindre. Enfin, l'EPA a considéré que 39 zones doivent diminuer leurs émissions de particules fines, car elles entraînent un risque sanitaire pour 90 millions de personnes. Avec une échéance prévue pour 2010, voire 2015 pour les zones les plus polluées.

Sur les 39 zones, 13 ont demandé à l'EPA de reconsidérer leur classement. Les revendications provenaient des Etats, dont le Maryland, la Caroline du nord et la Georgie, mais aussi de certains industriels ciblés. Les 14 ont été rejetées par l'Agence fédérale. Les Etats sont donc dans l'obligation de présenter un plan d'exécution avant le premier semestre 2008, incluant les aspects techniques et réglementaires adoptés ou en voie d'adoption. Les moteurs diesel et les centrales électriques devraient être généralement les sources d'émission les plus ciblées. Les élus locaux devront aussi étudier l'impact des projets de construction, notamment routiers, sur les émissions de particules fines. Ce conflit apparaît à contre-pied des affaires américaines habituellement médiatisées où les Etats se présentent comme les défenseurs de l'environnement face à l'EPA dirigée par l'administration Bush qui assouplirait toujours plus la réglementation environnementale.



(1) Celles-ci incluent une norme annuelle de 15 microgrammes par mètre cube (µg/m3), et une norme sur 24 heures de 65 µg/m3.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus