USA: La communauté latino surexposée à un pesticide

Le 29 août 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L’Agence de l’environnement américaine (EPA, selon l’acronyme en anglais) vient de statuer. Pour l’EPA, l’administration californienne a volontairement exposé les enfants de la communauté latino à un pesticide.

L’agence a statué jeudi 25 août dernier contre l’administration californienne. Un résultat historique dans une telle affaire de droit civil. Puisque pour la première fois, l’affaire concerne l’exposition d’une communauté à des agents toxiques. Il faut dire qu’aux Etats-Unis, la loi sur les droits civils qui condamne toute discrimination en fonction de l’origine ethnique, de la couleur de peau ou du pays d’origine est très stricte, surtout pour une administration employant de l’argent fédéral.

Revenons-en aux faits. Les plaintes remontent à 1999, toutes déposées à Santa Cruz, Monterey et Ventura. A cette époque, l’administration californienne en charge de la réglementation sur les pesticides est accusée de mettre les enfants latinos en danger. Au cœur de la polémique, des écoliers exposés lors d’épandages d’un pesticide, le bromométhane (ou bromure de méthyl), dans les champs situés à proximité des établissements scolaires. Une trentaine de plaintes non résolues ont été enregistrées par l’EPA dans les années 1990, sans que l’agence ait pu statuer à leur sujet.

Toxique par inhalation et par ingestion, le bromométhane est utilisé comme agent de stérilisation des sols, principalement pour les cultures de semences, pour préparer les terrains de golf mais aussi en production maraîchère et notamment pour la fraise. Ce composé bromé devrait d’ailleurs disparaitre progressivement du marché d’ici 2015 puisque son usage est proscrit par le traité de Montréal car il contribue à détruire la couche d’ozone. Alors même qu'il est suspecté d’être cancérigène pour l’homme, certains agriculteurs californiens continuent à l’employer car ils ont reçu une exemption de l’administration californienne.

Pour statuer, l’Agence de l’environnement américaine a donc analysé toutes les données disponibles relatives à l’utilisation de ce pesticide en Californie entre 1995 et 2001. Elle a modélisé les concentrations dans l’air intérieur de 8.000 écoles de cette région agricole. Conclusion: les enfants latinos sont plus à risque que les non latinos et ont clairement été contaminés par ce composé bromé.

 
Mais en 10 ans la situation a changé. Les agriculteurs utilisent beaucoup moins ce produit. Entre 1999 et 2009, l’utilisation de bromure de méthyl dans les vergers a été réduite de 95%, alors qu’elle a diminué de 60% dans les champs de fraises. En Californie, en 1995, 7.770 tonnes de bromométhane ont été appliquées contre 2.530 tonnes en 2009.
 
L’iodure de méthyl qui remplace le bromure de méthyl est également suspecté d’être hautement toxique et de causer des cancers.
Autre élément, les communautés latinos surexposées à la substance chimique n’ont jamais bénéficié d’aucune prise en charge médicale.
 
D’ailleurs les avocats des parties civiles craignent que les mêmes écoles exposées au bromure de méthyl, le soit dorénavant à l’iodure de méthyl. Et l’un de ces avocats a d’ailleurs récemment déclaré avec sévérité: «Maintenant, c’est la nouvelle génération d’enfant latinos que l’EPA ne protège pas en Californie».
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus