Une «voiture-laboratoire» pour mesurer la pollution

Le 31 mai 2007 par Bérangère Lepetit
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Quel est l'endroit où l'on est le plus exposé à la pollution issue du pot d'échappement d'une voiture? Dans l'habitacle de celle qui est juste derrière. C'est pour cette raison qu'un véhicule équipé de capteurs sillonne jusqu'à fin juin les rues de la ville de Rouen (Seine-Maritime) pour calculer le taux d'oxydes d'azote (NOx) auquel sont exposés les conducteurs et passagers d'une voiture. Coût de l'opération: plus de 2,5 millions d'euros.

Cette étude, commandée par l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset) a pour objectif de mieux connaître l'exposition de la population à la pollution en voiture. «D'ores et déjà, après quelques jours de mesure, nous pouvons dire que le constat est quelquefois alarmant puisque nous avons relevé avec nos capteurs des taux d'hydrocarbures et d'oxydes d'azote qui sont nocifs pour la santé de l'homme», a expliqué Jean-Paul Morin, docteur d'Etat à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Les premiers résultats confirment que l'air est plus pollué dans l'habitacle de la voiture se trouvant dans le sillage des véhicules que sur le trottoir.

«En attendant, nous pouvons juste préconiser de ne pas suivre de trop près le véhicule qui nous précède, ce qui est mieux aussi pour la sécurité.  Rappelons qu'il faut parcourir au minimum trois kilomètres avant que le système de dépollution de notre voiture ne devienne opérationnel», conclut Jean-Paul Morin.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus