Une vaste nappe d’hydrocarbures au large de la Chine

Le 15 janvier 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le Sanchi a pris feu le 6 janvier après avoir percuté un cargo
Le Sanchi a pris feu le 6 janvier après avoir percuté un cargo

En proie à un incendie depuis le 6 janvier, le pétrolier iranien Sanchi a finalement coulé le 14 janvier, à environ 300 kilomètres des côtes orientales chinoises.

 

Avec 136.000 tonnes de condensats[1] et 1.000 t de brut à son bord, le pétrolier appartenant à la National Iranian Tanker Company, battant pavillon panaméen, a disparu en mer de Chine orientale le 14 janvier à 8h40 GMT. Une importante nappe de pétrole, de 13 km de long sur 11 km de large, s’est déjà formée selon les garde-côtes japonais. Des incendies y ont été relevés, ce 15 janvier, à plusieurs endroits.

 

Frayère et voie migratoire

Les autorités chinoises, qui ont pu récupérer «la boîte noire du navire», ont commencé à procéder à une opération de nettoyage. De son côté, Greenpeace a déclaré que l’explosion et le naufrage s’étaient produits dans une importante frayère de poissons. «A cette époque de l’année, la zone sert d’aire d’hivernage à plusieurs espèces halieutiques, comme le maigre, le maquereau espagnol et le crabe bleu. C’est aussi une voie migratoire pour de nombreux mammifères marins comme la baleine à bosse et la baleine grise», a déclaré l’ONG.

 

 



[1] Les condensats sont un mélange léger d’hydrocarbures servant essentiellement de base à la pétrochimie ou pour la production d’essence.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus