Une solution pour stocker le CO2 superflu: Coca Cola

Le 19 décembre 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Valser l'eau qui pétille au CO2 atmosphérique.
Valser l'eau qui pétille au CO2 atmosphérique.
CocaCola

La société suisse Climeworks va fournir au géant mondial du soda du gaz carbonique capté par son aspirateur à carbone.

 

Longtemps, pétroliers et énergéticiens ont pensé réduire leur empreinte carbone en stockant dans des couches géologiques profondes leur gaz carbonique. Hélas, faute d’incitation financière suffisante (émettre du CO2 reste encore très abordable), ce captage-stockage géologique du carbone (CSC) reste une pratique marginale. Seule une vingtaine d’installations sont en service ou en construction dans le monde. De quoi, envoyer par les fonds géologiques une quarantaine de millions de tonnes de gaz carbonique par an: l’équivalent du tiers des émissions annuelles de l’électricien allemand RWE.

eau pétillante

Climeworks pourrait changer la donne. Après avoir mis en service deux systèmes d’aspiration du CO2 atmosphérique, l’entreprise suisse propose désormais aux industriels de leur fournir du gaz carbonique pour leur procédé de fabrication. Et les clients commencent à se bousculer au portillon. Dernier en date: la Coca Cola Company. Sa filiale helvétique vient de conclure un accord pour se faire livrer du gaz carbonique pour faire pétiller l’eau minérale Valser.

10 Mt CO2

Selon les deux partenaires, c’est la première fois que du dioxyde de carbone ainsi prélevé dans l’atmosphère est utilisé pour la fabrication d’une boisson. Un secteur de choix pour Climeworks: l’industrie mondiale des boissons gazeuses utilise 10 Mt CO2 par an.

Reste à savoir quel sera le statut donné par l’ONU ou les Etats à ce recyclage?



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus