Une solution alternative au lac de Caussade ?

Le 14 février 2019
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Peut-on encore irriguer avec le réchauffement ?
Peut-on encore irriguer avec le réchauffement ?

François de Rugy a proposé, jeudi 14 février, aux défenseurs d'un projet controversé de lac d'irrigation en Lot-et-Garonne de travailler à une «solution alternative» respectueuse de l'environnement.

Ce projet de lac de Caussade, dans la campagne de Pinel-Hauterive, à une vingtaine de km au nord-ouest de Villeneuve-sur-Lot, a pour but de créer une retenue d'eau de 920.000 m3 sur 20 hectares.
Piloté par la Syndicat départemental des collectivités irrigantes de Lot-et-Garonne pour réguler le débit du Tolzac, il est destiné à l'irrigation de 350 hectares d'une vingtaine d'exploitations.

travaux illégaux
Mais le projet est dénoncé par les défenseurs de l'environnement. La préfecture qui avait donné son feu vert aux travaux en juin 2018 a finalement retiré son autorisation en octobre après une intervention des ministères de l'Agriculture et de la Transition écologique. Une décision confirmée par le tribunal administratif de Bordeaux, le 13 novembre. Les agriculteurs ont poursuivi les travaux dans l'illégalité.
Recevant jeudi matin des représentants de la chambre d'agriculture du département, le ministre de la Transition écologique François de Rugy a d'abord «regretté, condamné et qualifié d'inacceptable la méthode du coup de force et du fait accompli employée par ceux qui ont lancé les travaux de la retenue en toute illégalité», selon le ministère.

coup de force
Le ministre, qui devait recevoir des opposants au projet dans l'après-midi, leur a ainsi «proposé de travailler à une solution alternative susceptible de satisfaire les besoins en eau des activités agricoles locales tout en étant respectueuse de l'environnement», indique l’AFP.
Fin janvier, les gendarmes étaient intervenus pour arrêter les travaux illégaux menés sur le site, mais plus de 300 agriculteurs les avaient empêché, sans heurs, d'apposer des scellés pour interdire l'utilisation d'engins de chantier.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus