Une représentation pour les espèces menacées ?

Le 21 juillet 2006 par Agnes Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
«Nous sommes sur le point de connaître une crise majeure de la biodiversité». Cette remarque alarmante a été émise par l’un des 19 co-auteurs d’une déclaration parue le 20 juillet dans la revue Nature (1). Selon ces scientifiques, le nombre des espèces animales et végétales décline rapidement et la biodiversité ne fait pas suffisamment partie des décisions publiques et privées. Les changements climatiques, eux, ont déjà leur organisme (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat). Alors, pourquoi la biodiversité n’aurait-elle pas le sien? Ainsi, le groupe de scientifiques appelle à la création d’un organe international dirigé par les Nations unies qui permette d’apporter l’expertise scientifique nécessaire aux décisions politiques en matière de protection de la biodiversité. A cause de l’érosion des habitats naturels et l’impact qu’il a sur le réchauffement climatique, l’homme contribue à un rythme de disparition des espèces animales et végétales 100 à 1.000 fois plus rapide que naturellement.

(1) Diversity without representation, Michel Loreau, Alfred Oteng-Yeboah, Georgina Mace, Robert Watson et alii, in Nature, Volume 442, 20 juillet 2006


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus