Une réalisation HQE en Haute-Marne

Le 17 août 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Dès la rentrée doit s'ouvrir un nouveau collège Haute qualité environnementale (HQE) à Fayl-Billot, en Haute-Marne. L'accent a porté sur l'efficacité énergétique du bâtiment avec l'installation d'un puits provençal.

Depuis quelques années, de nombreux collèges portent la mention HQE, une démarche (1) qui permet de maîtriser les impacts d'un bâtiment au moment de la construction et de la maintenance. Pour les élus, il s'agit de mettre en avant une démarche originale qui donne une bonne image du département. «D'une manière générale, les conseils généraux et régionaux veulent aujourd'hui construire des immeubles de qualité, qu'ils soient HQE ou pas, explique Nicolas Vauthier, architecte du collège pour le cabinet Plan libre. Dans le cas du collège de Fayl-Billot, le conseil général a voulu réaliser un projet emblématique pour mettre en avant la filière bois qui doit être développée dans le département.»

Dans le cahier des charges du concours, il a été  spécifié que le collège devait avoir une structure en bois et fonctionner avec une chaudière au bois. «Ce matériau ne permet pas d'obtenir une bonne inertie pour un bâtiment, indique Nicolas Vauthier. Il a donc fallu jouer avec la présence de briques porteuses et des planchers en béton portés par des poutres en bois.» Autre atout: la présence d'un atrium rempli de plantes exotiques reliant les deux corps de bâtiments (les classes d'un côté, l'administration et la vie scolaire de l'autre). «Cela établit un micro-climat qui participe à l'inertie», précise Nicolas Vauthier.

Une originalité du collège est la présence d'un puits canadien, appelé aussi puits provençal. Des tuyaux en PVC enterrés à 2,5 mètres sous terre permettent une arrivée d'air avec une différence de température de 5 à 7°C par rapport à l'air extérieur. Ce qui entraîne une climatisation naturelle l'été et un pré-réchauffement l'hiver. «Nous n'avions pas le choix, insiste Nicolas Vauthier. Le maître d'ouvrage a exigé de ventiler mécaniquement l'ensemble des salles, alors qu'en général, on se contente d'ouvrir les fenêtres. Cela fait d'énormes quantités d'air brassé qu'on ne peut pas amener directement de l'extérieur.»

Une bonne efficacité énergétique a en outre été atteinte grâce à un travail important sur l'orientation du bâtiment, l'arrivée de lumière naturelle, la présence de vitres à faible émissivité dont les performances thermiques se rapprochent des parois pleines. «Il faudra que le collège fonctionne normalement pour mesurer ce que notre dispositif a permis de réaliser en économie d'énergie, explique l'architecte. Mais la phase de chantier a déjà montré que personne n'allume jamais la lumière électrique dans les classes, ce qui devrait permettre des économies de facture d'électricité. En outre, lors de la petite canicule à laquelle nous avons été confrontés fin juin, nous avons pu vérifier qu'il faisait très bon dans l'ensemble du collège.»

Outre l'aspect énergétique, un travail important a été réalisé sur le bruit, grâce à la présence d'un acousticien. En ce qui concerne la gestion des eaux, un système permet de ramener les eaux pluviales vers les réseaux existants, avec des réservoirs enterrés qui font tampon.



(1) 14 cibles sont mises en avant: relation harmonieuse des bâtiments avec leur environnement immédiat, choix intégré des procédés et produits de construction, chantier à faibles nuisances (Ecoconception), confort hygrothermique, acoustique, confort visuel, olfactif (confort), gestion de l'énergie, de l'eau, des déchets d'activité, de l'entretien et de la maintenance (écogestion), qualité sanitaire des espaces, de l'air, de l'eau (santé).




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus