Une proposition de loi pour lutter contre l’ambroisie

Le 19 septembre 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le 13 septembre dernier, 30 parlementaires ont déposé à l’Assemblée nationale une proposition de loi pour coordonner la lutte contre l’ambroisie, cette plante invasive et allergène qui touche de plus en plus de Français.
 
Introduite à la fin du XIXe siècle[1], l’ambroisie à feuille d’armoise (ambrosia artemisiifolia) s’est dispersée largement dans toute l’Europe, avec pour la France une présence accrue dans le grand Sud-est. Aujourd’hui la dispersion continue de s’accroître, et les réactions allergiques à son pollen se multiplient (conjonctivites, rhinites, asthmes, dermatose, trachéite, etc…). Le phénomène est maintenant reconnu comme un problème de santé publique majeur. Dans la région Rhône-Alpes, 10 à 12% des habitants sont touchés et les dépenses médicales sont évaluées entre 8 à 12 millions d’euros par an.
 
Les risques d’allergie à l’ambroisie vont se poursuivre jusqu’au début du mois d’octobre et la grenaison va commencer pour la saison 2012. «Après un léger déficit, le temps un peu humide de cet été a permis une forte reprise de la végétation et l'indice pollinique de l'ambroisie redécolle», selon le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) dans son dernier bulletin allergo-pollinique. Il faut savoir qu’un pied d'ambroisie donne 1 million de grains de pollen et 5 grains par mètre cube d'air suffisent pour déclencher une allergie
 
La lutte contre cette plante est inscrite dans le plan national Santé-environnement II au titre de la prévention des allergies, et des arrêtés préfectoraux sont pris chaque année dans certains départements. Mais aucun volet législatif n’était prévu pour une application sur l’ensemble du territoire. C’est pourquoi Dominique Dord, député d’Aix-les-Bains a déposé une proposition de loi, soutenue par le comité parlementaire de suivi du risque Ambroisie. Le texte comporte plusieurs dispositions, comme celle qui impose à tout propriétaire foncier d’une parcelle avec la présence d’ambrosia artemisiifolia de procéder, à ses frais, à la suppression de cette plante, avant sa période de floraison.
 
De manière générale, la proposition de loi vise à «sensibiliser les acteurs sur le terrain (collectivités locales, monde agricole, jardiniers amateurs et grand public), coordonner leurs actions et se donner les moyens de lutter contre l’ambroisie».
 


[1] La plante provient à l’origine des Etats-Unis


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus