Une plate-forme nationale pour la santé animale

Le 25 janvier 2012 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La France s’est dotée d’une plate-forme nationale de surveillance épidémiologique en santé animale dans les élevages, regroupant l’Etat et les professionnels du monde vétérinaire et agricole, selon une note de service publiée au Bulletin officiel du ministère de l’agriculture.
 
Il s’agit là d’une mesure-phare parmi celles proposées en 2010 lors des Etats généraux du sanitaire, série de rencontres organisées sur la question de la santé animale. Son objectif: «faciliter la coordination, la déclinaison opérationnelle et le suivi des politiques de surveillance».
 
Selon le ministère, cette évolution se justifie entre autres par le fait qu’«il ne s’agit plus de surveiller et de suivre l’évolution de maladies installées, mais de repérer le plus précocement possible l’apparition de maladies nouvelles, désormais exotiques», comme la fièvre aphteuse et la rage.
 
Cette plate-forme réunit la Direction générale de l’alimentation (DGAl), l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), GDS France (qui fédère les groupements de défense sanitaire), Coop de France, la Société nationale des groupements techniques vétérinaires (SNGTV) et l’Association française des directeurs et cadres des laboratoires vétérinaires publics d’analyse (Adilva).
 
Eventuellement épaulés par des membres associés, ces 6 membres titulaires seront tous représentés au sein du Comité national d’épidémiosurveillance en santé animale (Cnesa), présidé par la DGAl, qui suivra l’activité de la plate-forme.
 
Parmi les priorités fixées pour 2012 par le premier programme de travail, figurent la tuberculose bovine, les avortements chez les ruminants, les virus influenza chez le porc, les pestes aviaires, les maladies des abeilles, la fièvre catarrhale ovine et la mortalité des mollusques.


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus