Une ONG critique la réglementation sur l’air

Le 08 juin 2007 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Ecologie sans frontière, l'une des ONG participant au Grenelle de l'environnement, a rendu publique, jeudi 7 avril, une étude affirmant que l'ampleur et les impacts de la pollution atmosphérique de Paris et ses alentours étaient mal et sous-évalués. Les résultats de l'étude, rapportés par Le Parisien, montrent que certaines substances polluantes ne sont pas suffisamment réglementées et surveillées, à l'instar des composés organiques volatils (COV), des métaux lourds, ou encore des polluants secondaires formés par la combinaison de substances émises dans l'atmosphère.

Dans un communiqué, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, estime que l'étude «confirme la nécessité d'une action volontariste pour lutter contre les pollutions urbaines et améliorer sensiblement la qualité de l'air dans notre région» et décrit les différentes mesures prises depuis 2001, comme le Plan de déplacement de Paris adopté en février dernier, qui aboutissent au développement des transports collectifs et du vélo. Le maire socialiste déclare également qu'«il revient [...] à l'Etat, dont c'est la compétence, de prendre ses responsabilités sur tous ces sujets, comme sur le financement – aujourd'hui insuffisant - des associations de surveillance de la pollution.»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus