Une nouvelle usine de dessalement va voir le jour à Londres

Le 23 juillet 2007 par Diana Semaska
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L'Angleterre a donné son feu vert le18 juillet pour la construction d'une usine de dessalement sur la Tamise, à Londres, dans le but de lutter contre le changement climatique et d'obtenir une eau propre face à l'explosion démographique de la capitale.

Située près du barrage sur la Tamise qui protège Londres des marées, cette usine dont le prix est estimé à 200 millions de livres produira 140 millions de litres d'eau potable par jour lorsqu'elle fonctionnera en 2010, alors que la population londonienne aura dépassé les 9 millions.

La compagnie des eaux Thames Water qui dirigera cette usine , approuve la décision du gouvernement, qui conclut une bataille de trois années avec le maire de Londres Ken Livingstone, selon lequel il serait plus efficace de mettre fin aux fuites d'eau du réseau londonien, vieux d'un siècle.

De son côté, Thames Water affirme que les fuites d'eau sont passées de 915 millions de litres par jour en 2004  à 702 aujourd'hui. La compagnie soutient également qu'«en fonctionnant de façon intermittente et en utilisant seulement du biodiesel, l'usine sera douce pour le climat.»

Un argument rejeté par WWF. «C'est un non-sens d'imaginer que Londres aurait besoin d'une usine de dessalement pour subvenir à ses besoins en eau», s'insurge Rob Oates, membre de WWF. «On est en Angleterre, pas au Yémen! Ici, il pleut beaucoup. Si on utilisait technologie simple pour recueillir et conserver l'eau de pluie, on pourrait réduire la demande en eau de…50%!»

D'après des scientifiques, le sud-est de l'Angleterre, qui a souffert d'une intense sécheresse en 2006, risque de manquer d'eau douce,  d'autant plus que sa population croît fortement.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus