Une nouvelle grille d’analyse des projets de prévention des inondations

Le 04 avril 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Tout projet de prévention doit se frotter à l'analyse multicritère
Tout projet de prévention doit se frotter à l'analyse multicritère

Dans un rapport publié le 3 avril, le Commissariat général au développement durable (CGDD) propose une méthode actualisée d’évaluation des projets de prévention des inondations. Un outil utile pour réaliser les programmes d’action de prévention des inondations (PAPI).

 

Alors que 17,1 millions de personnes sont exposées en France à des inondations extrêmes, il revient aux collectivités, aux Dreal[1] et aux DDT[2], le soin d’élaborer des projets de prévention, en application de la directive Inondation du 23 octobre 2007.

Pour évaluer au mieux leur bien-fondé, le CGDD propose une analyse multicritère (AMC) actualisée, qui mesure les conséquences sur la santé humaine, l’environnement, l’économie et le patrimoine, en rapport avec leur coût. Cette approche est plus étendue qu’une simple analyse coûts-bénéfices puisqu’elle ne s’arrête pas aux aspects financiers et évalue de façon synthétique les grands enjeux.

 

Elémentaire mon cher Watson

Aux habituels indicateurs «élémentaires», évaluant la vulnérabilité du territoire, la pertinence et l’équilibre du projet, ses bénéfices[3] en rapport avec son coût, cette grille ajoute ainsi des indicateurs «synthétiques» pour mesurer le rapport coût-efficacité du projet et surtout son efficience[4].

Elle laisse toutefois de côté certains aspects comme l’acceptabilité du projet par les populations, la force de son portage politique, la simplicité technique de sa mise en œuvre ou encore les contraintes règlementaires.

 

Sécurisation d’ouvrage et submersion marine

Par rapport aux travaux publiés en 2014, cet opus de 166 pages précise notamment l’évaluation des coûts des projets pour l’environnement et des dommages liés aux interruptions du trafic routier, mais aussi l’estimation des projets de sécurisation d’ouvrage et de gestion des submersions marines.

 

Plusieurs scénarios d’inondation

Les auteurs expliquent que l’analyse synthétique de la pertinence d’un projet ne peut plus se limiter à un seul scénario d’inondation mais doit se baser sur plusieurs hypothèses «pondérées par leur probabilité d’occurrence». Ce travail de caractérisation de l’aléa représente l’une des étapes cruciales de l’élaboration d’un projet de prévention. Pour le mener à bien, le CGDD offre une boîte à outils permettant de réaliser les courbes dommages-fréquences et de cartographier les aléas, en n’oubliant pas la prise en compte des effets du réchauffement climatique.



[1] Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement

[2] Direction départementale des territoires

[3] Notamment les dommages évités, la résilience du territoire, la mise en sécurité des populations et la protection de l’environnement et du patrimoine

[4] C’est-à-dire les bénéfices dépassant ses coûts

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus