Une nouvelle ère s’ouvre pour le vélo en Suisse

Le 25 septembre 2018 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le vélo, à rang constitutionnel en Suisse.
Le vélo, à rang constitutionnel en Suisse.

Les réseaux de voies cyclables vont être inscrits dans la Constitution fédérale, au même titre que les chemins de randonnée pédestre, la protection de l’environnement et la politique en faveur des handicapés.

Le vélo sera-t-il son entrée, un jour, dans la Constitution française? On en est loin, au vu du pénible accouchement du récent plan Vélo. Mais c’est acquis en Suisse: les réseaux de voies cyclables vont être inscrits dans la Constitution fédérale. Ainsi en ont décidé les électeurs helvétiques. A une très large majorité –74%– ils ont dit ‘oui’ au vélo. Ou plus exactement au contre-projet porté par la Confédération, une sorte de compromis entre les vues de l’Etat suisse et les porteurs de l’initiative populaire.
Changement de mentalité
Désormais, la Confédération jouera un rôle déterminant de coordination du réseau cyclable, à l’image de la compétence qu’elle exerce déjà sur le capillaire de chemins de randonnée qui irrigue tout le territoire suisse, en veillant notamment à l’homogénéité de la signalétique. «Les cantons et les communes n’aiment pas que Berne leur impose les choses, au risque de bloquer le processus, détaille Haener Juerg. Ce sont donc les cantons qui resteront maîtres des décisions.» Mais ajoute le chargé de campagne à ProVélo Suisse, «cette votation ouvre une nouvelle ère pour le vélo ici et va entraîner un changement de mentalité. Désormais, les cantons devront beaucoup plus tenir compte du vélo en amont du processus».
Le fossé du Rösti
Là où les associations françaises de promotion du vélo réclament des financements supplémentaires, leur homologue suisse n’a pas à se plaindre: 300 millions de francs suisses (263,5 M€) sur trois ans sont sur la table pour les projets autour de la mobilité. «La question qui reste à trancher est celle de la part qui désormais reviendra au vélo: sera-t-elle plus importante?», se demande Haener Juerg. L’analyse des votes, enfin, a surpris les observateurs, puisque le traditionnel ‘fossé du Rösti’ –une spécialité alémanique à base de pomme de terre, devenue symbole de la ligne de partage culturelle entre Suisse francophone et germanophone– a pour une fois menti: les 23 cantons ont voté oui. Et ce sont ceux qui sont le moins bien lotis en termes d’infrastructures vélo –côté francophone– qui ont le plus voté en faveur de l’entrée des pistes cyclables dans la Constitution.
 

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus