Une nouvelle ère pour le sanctuaire Agoa

Le 29 octobre 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Des baleines à bosse dans le sacntuaire Agoa
Des baleines à bosse dans le sacntuaire Agoa
Laurent Bouveret

Quatre sites des Antilles françaises bénéficient désormais du label d’Aires spécialement protégées d’importance caribéenne, indique le ministère de l’écologie dans un communiqué du 27 octobre.

La réserve naturelle nationale de «Petite-Terre» en Guadeloupe, le sanctuaire de mammifères marins Agoa, la réserve naturelle nationale et les étangs lagunaires de Saint-Martin ont reçu ce label à l’occasion d’une réunion technique de la convention de Carthagène (1), qui s’est tenue du 23 au 25 octobre en République dominicaine.

Ce nouveau statut permet notamment au sanctuaire Agoa, le deuxième sanctuaire de mammifères marins après le site Pelagos en Méditerranée, d’entrer dans le champ de compétences de l’Agence des aires marines protégées et d’obtenir une protection nationale en plus de sa reconnaissance internationale.

Créé en 2010, Agoa abrite 24 des 31 espèces de mammifères marins présentes dans les Caraïbes, dont la baleine à bosse ou le cachalot, selon l’Agence des aires marines protégées. Sa candidature avait été présentée par Ferdy Louisy, président du parc national de Guadeloupe.

Lors de la précédente conférence de 2010, la réserve naturelle de l’île de Grand Connétable, en Guyane française, et le parc national de Guadeloupe avaient été reconnus comme «sites-pilotes».

(1)Convention pour la protection et la mise en valeur du milieu marin dans la région des Caraïbes

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus