Une mission pour réduire la pollution des coraux

Le 01 août 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'Anses est chargée d'identifier les substances chimiques les plus nocives aux coraux
L'Anses est chargée d'identifier les substances chimiques les plus nocives aux coraux

L’Agence nationale de sécurité de l’alimentation et de l’environnement (Anses) est chargée, par le ministère de la transition écologique, d’identifier les substances chimiques les plus nocives pour les récifs coralliens.

 

Avec des récifs coralliens présents dans 11 territoires ultramarins sur 13, «la France a une responsabilité particulière à l’égard des océans et de leurs coraux», affirme la secrétaire d’Etat Brune Poirson. Alors que les récifs coralliens sont soumis à de multiples pressions, dont la pollution par les plastiques, la pêche, et l’acidification des océans, c’est à la pollution chimique que s’attaque le ministère français.

 

«Supprimer certaines substances»

 

L’Anses est officiellement chargée «d’identifier les substances chimiques les plus nocives, présentes par exemple dans les lessives, les cosmétiques ou les crèmes solaires, et de proposer les mesures règlementaires adéquates», a déclaré, ce 1er août, la secrétaire d’Etat lors d’un déplacement à l’Aquarium tropical de Paris. «Il ne s’agit pas de décider brutalement que les crèmes solaires n’ont pas d’utilité, au contraire. En revanche, il faudra certainement supprimer certaines substances chimiques», a-t-elle ajouté. Les conclusions de l’Agence sont attendues au premier trimestre 2019.

 

Haro sur l’oxybenzone

Mais la littérature scientifique a déjà prouvé les effets nocifs de l’oxybenzone. Présente dans des milliers de produits solaires, de beauté (shampoings, baumes à lèvre et mascaras) et nettoyants (produits vaisselle et savons pour les mains), cette molécule provoque des malformations des larves coralliennes, modifie leur ADN et, encore plus grave, agit comme perturbateur endocrinien, enfermant le corail dans son propre squelette. Ce qui provoque sa disparition.

 

Des crèmes solaires interdites à Hawaï

Hawaï a déjà pris la voie de l’interdiction pour protéger ses récifs coralliens. L’oxybenzone et l’octinoxate seront bannis des crèmes solaires à partir de 2021. Deux composés aujourd’hui autorisés sur le marché européen, selon la Fédération des entreprises de la beauté.

 

Les plastiques aussi

Plus largement, les travaux de l’Anses s’intègrent dans le cadre d’une «Mission Océans», également chargée de proposer de nouvelles mesures de protection contre la pollution marine par les déchets, notamment plastique.

Pour mémoire, la France s’est engagée à atteindre zéro rejet plastique dans les océans en 2025. Elle a déjà interdit les sacs en plastique depuis juillet 2016, la vaisselle jetable vendue en supermarché et les coton-tiges en plastique à partir de 2020, et elle devrait bientôt être soumise à la nouvelle directive européenne sur les objets à usage unique. Selon la proposition de la Commission, l’UE pourrait bannir une dizaine de produits, dont les pailles, les couverts et les assiettes en plastique, y compris dans la restauration.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus