Une mise en examen dans l’affaire des déchets d’Arcelor

Le 19 juin 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une mise en examen a été prononcée dans l’affaire du blanchiment de déchets toxiques d’Arcelor, selon la Voix du Nord. Elle concerne l’ancien PDG de la Sonolub, société de valorisation des déchets basée en Seine-Maritime, suspecté d’avoir rédigé de faux documents administratifs afin de faire passer du fuel naphtaliné sortant d’une filiale dunkerquoise d’Arcelor Mittal pour dufuel domestique, revendu en Belgique.

Ouverte il y a bientôt un an, l’enquête sur cette affaire a été révélée en septembre 2008 par le quotidien régional. Plusieurs sociétés, dont la Sonolub, étaient alors soupçonnées d’avoir contribué à «blanchir» ces déchets, revendus comme carburant depuis 1993 (1).

Le parquet de Dunkerque avait ouvert le 9 juillet 2008 une information judiciaire pour élimination sans déclaration de déchets générateurs de nuisances, exportation non déclarée de marchandises prohibées, faux et usage de faux documents administratifs, concussion et corruption.

(1) Dans le JDLE «Déchets toxiques: enquête sur un trafic impliquant Arcelor»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus