Une meilleure place pour le commerce équitable

Le 04 mai 2005 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
paysan_equitable
paysan_equitable

La quinzaine du commerce équitable, commencée le week-end dernier, fait apparaître le retard des consommateurs français dans leurs achats équitables. Le surcoût qui peut aller jusqu'à 15% ne semble pas être le seul obstacle à son développement comme le montre le rapport parlementaire d'Antoine Herth.

Antoine Herth, député du Bas Rhin, a rendu son rapport public sur le commerce équitable en présence du ministre chargé des PME, Christian Jacob qui a rappelé le retard de la France en la matière: «La moyenne d'achat annuelle des habitants en Europe de produits issus du commerce équitable s'élève à 1,50 euro par habitant. En France, elle est de moitié moins. Ce rapport se veut un axe de travail pour assurer les consommateurs qu'ils ne sont pas trompés en faisant ces achats». Une centaine d'auditions et un voyage au Mexique auprès des producteurs ont été nécessaires à Antoine Herth pour élaborer 40 propositions qui assurent de meilleures garanties aux consommateurs français. «Je suis conscient d'avoir fait ce rapport avec mes yeux d'occidentaux, en omettant leur propre schéma économique. Mais une chose est sûre: il ne faut pas dévier la démarche commerciale», affirme le député. Il craint une récupération du système par les opérateurs traditionnels et veut surpasser le phénomène de mode qu'il pourrait représenter.

Premier axe fort: une meilleure implication des consommateurs dans la validation des principes qui fondent des produits durables par la création d'une commission nationale du commerce équitable. Ce nouvel organisme comprendrait aussi une représentation des industriels, des distributeurs, de personnels administratifs et des producteurs et donnerait un avis sur la pertinence des cahiers des charges. «Il s'agit simplement de faire un travail de validation de la qualité de la démarche qui serait matérialisée par un logo. Mais l'objectif n'est pas de créer un nouveau logo gouvernemental», assure Antoine Herth. Le député demande également au gouvernement français de porter la démarche du commerce équitable au sein des instances européennes et internationales comme la Conférence des nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced).

Antoine Herth propose d'autres mesures comme améliorer la participation des producteurs à la définition des modèles par type de production et par région et leur faciliter l'accès à l'information en prévoyant un volet spécifique dans les objectifs de développement du commerce équitable. Il suggère aussi la généralisation de l'intervention d'un organisme certificateur indépendant et la possibilité pour les associations de consommateur de mener des «actions collectives». La mention systématique du nom et du pays d'origine de l'organisation des producteurs pourrait être envisagée dans les cahiers des charges. Antoine Herth propose de développer la rechercher pour évaluer les impacts économiques, sociaux et environnementaux pour améliorer les outils de suivi du système. Enfin, il souligne la nécessité de renforcer le soutien moral et financier des collectivités locales aux associations de promotion du commerce équitable.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus