Une meilleure digestion pour moins de méthane

Le 21 août 2006 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
En Océanie, les flatulences et les rots des vaches sont un sujet de préoccupation important. Cela a d'ailleurs été l'un des thèmes majeurs abordé lors de la Conférence internationale sur la biotechnologie agricole, qui s'est tenue du 6 au 9 août à Melbourne (Australie). Des scientifiques souhaitent en effet trouver un moyen de limiter ces émissions de méthane car vaches et moutons contribuent à environ 50% des émissions de gaz à effet de serre en Nouvelle-Zélande et 11% en Australie!

Dans le cadre de sa politique sur les changements climatiques, le gouvernement néo-zélandais avait même envisagé l'instauration d'une taxe sur le méthane surnommée «taxe sur les pets» (fart tax). Mais le projet a été abandonné en raison du mécontentement des agriculteurs.

Des recherches sont menées en Nouvelle-Zélande et Australie par des scientifiques qui estiment qu'une réduction des émissions de méthane va de pair avec une amélioration de la production de lait, elle-même liée au mode d'alimentation. Les chercheurs vont donc tenter d'augmenter l'efficacité de la transformation des aliments en considérant plusieurs facteurs comme les habitudes alimentaires des animaux, la biochimie liée à la production de lait ou encore le fonctionnement du système digestif de la vache. A terme, l'analyse des variations génétiques entre les vaches pourrait permettre de sélectionner les meilleures productrices de lait en fonction de leurs émissions de méthane.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus