Une marée noire hebdomadaire en mer du Nord

Le 06 juillet 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
C’était l’un des secrets les mieux gardés de l’industrie pétrolière de la mer du Nord. Mais en invoquant la loi sur la liberté de l’information, les journalistes du Guardian ont pu consulter les registres du Health and Safety Executive.
 
Et leur découverte fait frémir. Pour les seules années 2009 et 2010, les installations pétrolières offshore de la mer du Nord britannique ont été à l’origine d’une fuite d’hydrocarbures, chaque semaine. Au total, 110 incidents «importants ou significatifs» ont été recensés par les journalistes.
 
Mise en service en 1976, la plate-forme Brent Charlie (exploitée par Shell) est fréquemment citée par les gendarmes de la sûreté. Ces deux dernières années, le monstre d’acier et de béton a causé 7 mini marées noires durant lesquelles 5 tonnes de brut se sont déversées en mer. Pas si anodin, si l’on songe qu’un seul litre d’huile peut souiller jusqu’à 3 hectares d’eau.
 
A plusieurs reprises, les inspecteurs du HSE ont menacé de faire stopper sa production si les règles de sûreté et de sécurité n’étaient pas mieux appliquées par l’équipage. Sans succès. Le 16 juin dernier, un technicien est passé par-dessus bord. L’homme est mort durant son transfert à terre.
 
Sur le podium du plus grand tonnage de brut relargué, Total arrive en seconde position. Sa plate-forme Elgin PUQ a déversé 4,6 tonnes d’hydrocarbures en deux fuites.
 
Maersk décroche la troisième place avec 2 tonnes d’huiles rejetées en mer en deux incidents.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus