Une lueur d’espoir pour les victimes de l’agent orange

Le 04 octobre 2006 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Dans un communiqué du 2 octobre, l'agence Reuters annonce que l'amélioration des relations entre le Vietnam et les Etats-Unis pourrait bientôt aboutir à engager une opération de traitement de la pollution aux dioxines. Cette famille de substances cancérogènes était présente dans l'agent orange, un herbicide épandu durant la guerre du Vietnam entre 1961 et 1971. Environ 5 millions de personnes auraient alors été exposées. De nombreux bébés et enfants présentent encore actuellement de graves troubles neurologiques, des membres courts ou d'autres handicaps physiques.

Américains et Vietnamiens affirment qu'un plan de nettoyage et de maîtrise de la contamination environnementale pourrait débuter dans quelques mois. Washington a refusé de verser des compensations financières mais souhaite partager ses compétences techniques avec le Vietnam.

Au Vietnam, les victimes n'ont encore reçu aucune compensation, mais 37 sociétés chimiques américaines sont actuellement poursuivies dans le cadre d'une «class action». Les victimes américaines, australiennes, néo-zélandaises et sud-coréennes qui ont participé à la guerre ont, elles, reçu des dédommagements. Le programme de développement des Nations unies à Hanoï a proposé d'établir un fond pour que les donateurs mondiaux, les entreprises et les gouvernements financent des travaux en environnement et santé en lien avec les dioxines.






A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus