Une liste pour répertorier les plantes du monde

Le 30 décembre 2010 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La Version 1 de la Plant List comprend 1.244.871 noms latins différents. Ici Brighamia insignis, une plante en danger de disparition.
La Version 1 de la Plant List comprend 1.244.871 noms latins différents. Ici Brighamia insignis, une plante en danger de disparition.

Alors que s’achève l’année internationale de la biodiversité, le jardin botanique du Missouri aux Etats-Unis (MBG) et les jardins botaniques royaux de Kew au Royaume-Uni (RBG) ont annoncé le 29 décembre avoir complété la « Liste des plantes » (Plant List en anglais) débutée en 2008. Pas moins de 1,25 million de plantes différentes sont désormais répertoriées dans une banque de données unique.

60.000 à 100.000 espèces de plantes sont menacées d’extinction, selon le RBG. Et les botanistes réduisent encore le nombre de variétés connues (dans le JDLE).

Afin de freiner cette érosion, la Convention sur la diversité biologique adoptée en avril 2002 a mis en place une Stratégie mondiale pour la conservation des plantes, comprenant 16 objectifs à accomplir d’ici fin 2010.

Sorte de cahier des charges pour les jardins botaniques du monde entier, la stratégie fixe des objectifs généraux qui sont appliqués localement. Elle vise à « connaître et recenser la diversité végétale, conserver la diversité végétale, utiliser la diversité végétale de manière durable, éduquer et sensibiliser le public à la diversité végétale et renforcer les capacités en matière de conservation de la diversité végétale ».

Les experts du MBG et du RBG ont entamé leurs recherches en 2008 pour remplir l’objectif de connaissance et de recensement. Une liste a ainsi été établie progressivement, sur la base de comparaisons entre les familles de plantes répertoriées par Kew Gardens et le système Tropicos, une banque de données alimentée depuis 1982 par le Missouri Botanical Garden. Le projet a également reposé sur la collaboration d’autres botanistes autour du globe. Les plus grandes contributions proviennent de l’International Compositae Alliance (www.compositae.org), de l’International Legume Database & Information Service (www.ildis.org) et de l’Index International des noms de plantes (www.ipni.org).

Le site www.theplantlist.org répond juste à temps à la demande de la stratégie mondiale. Véritable mine verte, c’est la première fois qu’autant d’espèces de plantes vasculaires (plantes à fleurs, conifères, fougères) et bryophytes (mousses et sphaignes) sont répertoriées. Seule limite, la liste n’englobe pas les algues[1] ou les champignons.

La Version 1 comprend 1.244.871 noms scientifiques en latin, parmi lesquels 298.900 (29 %) sont des noms d’espèces acceptées[2]. Les noms vernaculaires, c’est-à-dire les noms communs en anglais, ne sont pas listés. Environ 260.000 (25,4 %) des noms de plantes du site sont encore considérés comme « non résolus ». Cela signifie qu’ils n'entrent ni dans les noms acceptés, ni dans les synonymes.

L’intérêt d’une telle banque de données est réel. « C'est crucial pour les prévisions, les mises en œuvre et la surveillance des programmes de conservation des plantes dans le monde entier », a souligné Stephen Hopper, directeur des Kew Gardens, dans un communiqué. « Sans les noms corrects, la compréhension et la communication sur la vie des végétaux se perdraient dans un chaos inefficace, coûteraient des sommes faramineuses et risqueraient de mettre en danger des vies dans le cas de plantes utilisées en médecine », poursuit-il.

La « Plant List » comporte également des liens internet vers des publications scientifiques en rapport avec ces espèces pour aider les chercheurs dans leurs travaux, tant en botanique qu'en pharmacie.

D’ici 2020, une banque de données en ligne de toute la flore connue dans le monde devra être réalisée. C’est ce qui a été décidé par les 193 pays membres de la Convention sur la diversité biologique réunis à Nagoya en octobre dernier (dans le JDLE). « Avoir à disposition une liste sûre et compréhensive de la flore du monde est fondamental pour étayer les efforts futurs en matière de conservation des plantes », précise Peter Wyse Jackson, président du MBG. « Cette Plant List fournit une nouvelle ressource qui sera largement utilisée, par exemple par les professionnels de la santé, de l’alimentaire et de l’agriculture. Le premier objectif de la stratégie mondiale est ainsi achevé et servira de base pour les objectifs de 2020 », conclut-il.



[1] qui représentent près de 30.000 espèces connues

[2] environ 480.000 (46 %) sont enregistrés comme des synonymes de ces espèces



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus