Une ligne très haute tension sera enterrée en Bretagne

Le 15 novembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le Réseau transport d'électricité (RTE) a confirmé lundi 14 novembre un projet de création d'ici 2017 d’une ligne souterraine à très haute tension de 225.000 volts traversant la Bretagne du sud au nord sur 80 kilomètres entre Lorient et Saint-Brieuc.

«Il s'agit du second plus long projet de ligne de ce type en France, après celui de 120 km engagé près de Nice pour sécuriser l'alimentation électrique des Alpes-Maritimes», indique Didier Beny, directeur Ouest de RTE, filiale d'EDF chargée de la gestion du réseau de lignes à haute tension.

Une première réunion plénière de concertation a permis de valider lundi l'aire d'étude de la future liaison souterraine qui reliera Calan, près de Lorient, à Plaine Haute, près de Saint-Brieuc. Au total, 27 communes du Morbihan et des Côtes d'Armor sont concernées par l'aire d'étude selon l'opérateur, qui table sur une validation du fuseau de passage à l'automne 2012 et une mise en service en septembre 2017.

Cet investissement, chiffré à 120 millions d'euros, est destiné à sécuriser l'approvisionnement électrique de la Bretagne, région qui ne produit que 9,5% de l'électricité qu'elle consomme et dont la consommation augmente significativement chaque année [voir JDLE]. La Bretagne fait partie, avec la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, des régions les plus fragilisées électriquement et donc des plus vulnérables à un blackout. Le préfet de région, Michel Cadot, a d’ailleurs jugé lundi, lors de cette première réunion plénière, «extrêmement élevé le risque d'un tel scénario cet hiver».

La consommation hors intempéries de la région a progressé de 2,5% en 2010 et devrait croître encore de 1,4 à 1,5% cette année, selon Didier Beny. Cette hausse peut dépasser 6% en fonction des vagues de froid.

«Le choix d'une ligne souterraine, bien que plus coûteuse qu'une ligne aérienne, est dicté par la volonté de réaliser cet équipement rapidement», indique-t-il, en soulignant qu'une ligne enterrée est plus facilement acceptée par les communes et les riverains.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus