Une étude américaine relance les inquiétudes sur le bisphénol A

Le 06 juin 2006 par Laure Pollez
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L’étau se resserre autour du bisphénol A (BPA), composant presque incontournable des emballages alimentaires, et perturbateur endocrinien soupçonné de favoriser, notamment, le cancer de la prostate. Dans le dernier numéro du périodique américain Cancer research, une équipe de chercheurs des universités de Cincinnati et de Chicago présente une nouvelle étude à charge. Ils ont observé que l’exposition de jeunes rats à du BPA, même à très faibles doses, altère le développement de leur prostate de manière irrémédiable. Cette altération offre ensuite, avec l’âge, un terrain propice au développement de pathologies. Les chercheurs restent cependant très prudents quant à la validité de ces conclusions pour l’espèce humaine. Le BPA, ainsi que les autres composants chimiques proches des oestrogènes, est accusé de perturber les systèmes hormonaux. Il est aussi cité comme facteur de cancer du sein. Mais, jusqu’à présent, le risque n’était mis en évidence que pour de très fortes doses.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus