Une ébauche de plan de relance se profile pour les transports

Le 14 avril 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Jean-Baptiste Djebbari a assuré que le plan de sauvetage des petites lignes ne serait pas remis en cause.
Jean-Baptiste Djebbari a assuré que le plan de sauvetage des petites lignes ne serait pas remis en cause.

Les sénateurs ont auditionné, vendredi 10 avril, le secrétaire d’État chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari. On en sait désormais un peu plus sur le plan de relance du secteur.

 

Préparer l’après confinement. C’était le sujet de l’audition de Jean-Baptiste Djebbari, par la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat. Lors de cette séance, ont été évoquées les mesures d’accompagnement des entreprises de transport.

Brouillard. Distanciation sociale, port du masque obligatoire… Contactés par Le Journal de l’environnement, la SNCF et la RATP ont assuré qu’il était encore trop tôt pour se prononcer sur la stratégie qu’ils adopteraient lors du déconfinement.

Première inquiétude : l’approvisionnement en masques et produits désinfectants pour les salariés. Face aux sénateurs, Jean-Baptiste Djebbari a assuré que le gouvernement réfléchissait avec les opérateurs de transports, sur la stratégie de déconfinement à adopter. Objectif : permettre une reprise progressive du trafic, tout en assurant la protection des travailleurs. Une méthode qui impliquera sans doute le maintien des mesures de distanciation sociale et l’approvisionnement des personnels en masques.

La SNCF bloquée en gare

Le secrétaire d’Etat a aussi rappelé que le gouvernement a demandé à la SNCF de revoir les modalités de sa trajectoire financière et à revoir le calendrier des différents travaux de SNCF Réseau. Aux vues des « pertes considérables » à venir, a justifié Jean-Baptiste Djebbari. Ces reports ne concerneront pas les travaux relatifs à la sécurité et ne remettent pas non plus en cause le plan de sauvetage des petites lignes a précisé le secrétaire d’Etat.

Ce dernier a également plaidé en faveur d’une révision du droit européen visant à geler les remboursements des vols annulés et autoriser la remise d’avoirs aux passagers. Objectif : soulager des compagnies aériennes durement touchées par la crise sanitaire (lien). Il a aussi annoncé que le Gouvernement « était disposé à expertiser les demandes des transporteurs routiers, notamment s’agissant du remboursement anticipé de TICPE et du bénéfice par les entreprises d’un taux réduit directement à la pompe ».

PME en danger

Malgré ces annonces, le président de la Commission Hervé Maurey et plusieurs sénateurs regrettent des  mesures insuffisantes « si l’arrêt total ou partiel des activités de transport était amené à se prolonger ». Ils déplorent entre autres, la situation des PME assurant un service de transport occasionnel, qui risquent de tirer le rideau à défaut d’aides supplémentaires.

Selon les sénateurs, l’État doit mobiliser «toute la gamme des instruments économiques et financiers à sa disposition – report d’échéances sociales et fiscales, gel de redevances domaniales, garantie de prêt, subvention d’exploitation», est-il précisé dans un communiqué de la chambre basse.