Une consultation et un manifeste pour l’économie circulaire

Le 28 mai 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un objectif chiffré pour la réparation?
Un objectif chiffré pour la réparation?

Cinq mois après le retrait du paquet Economie circulaire de l’agenda 2015 par l’équipe Juncker, Bruxelles lance, ce 28 mai, une vaste consultation publique sur ce thème. Plusieurs instituts européens ont profité de l’occasion pour publier leur manifeste.

 

 

Le lancement de cette consultation confirme la volonté de l’exécutif de «présenter une nouvelle stratégie sur l’économie circulaire plus ambitieuse d’ici la fin 2015», selon le communiqué. Cette stratégie comprendra la révision de la législation sur les déchets ainsi qu’un plan d’action sur l’économie circulaire.

Pour rappel, l’ancienne Commission avait présenté, le 2 juillet dernier, une vaste réforme des législations sur les déchets pour réduire leur impact sur l’environnement, leurs émissions de gaz à effet de serre et la pression sur les ressources, mais aussi pour développer l’emploi. Ce plan visait notamment 70% de recyclage et de préparation au réemploi des déchets municipaux à l’horizon 2030. La nouvelle réforme sera-t-elle plus ambitieuse? Rien n’est moins sûr.

 

Un premier manifeste

Citoyens, organisations et institutions sont en tout cas invités à apporter leurs contributions d’ici le 20 août prochain. A noter la publication, le 20 mai, d’un manifeste pour une économie circulaire dans l’Union européenne, rédigé par plusieurs organismes européens dont l’Institut français pour l’économie circulaire, l’association ACR+ (Cités et régions pour le recyclage et la gestion durable des ressources), ou encore le Bureau européen de l’environnement (BEE).

L’opus de 16 pages formule une série de recommandations, dont l’extension des objectifs de la directive-cadre sur les déchets (sur le recyclage et l’enfouissement) à l’ensemble du cercle (réparation, réutilisation, etc.), la création d’indicateurs permettant d’évaluer les progrès (dont la consommation de matières premières par habitant), ou encore de mécanismes incitatifs au niveau national, comme les filières à responsabilité élargie du producteur (REP).

Le texte ajoute la mise en place de plans nationaux en faveur de l’économie circulaire, l’interdiction de l’incinération de déchets recyclables ou compostables et l’extension de la directive Ecodesign à l’ensemble des produits et services «circulaires». Gageons que d’autres publications du même genre devraient voir le jour d’ici la fin de l’année.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus