Une conférence sans tabou?

Le 07 septembre 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Qui sera autour de la table des négociations les14 et 15 septembre prochain?
Qui sera autour de la table des négociations les14 et 15 septembre prochain?

La dernière réunion de préparation de la Conférence environnementale s’est tenue cet après-midi, 7 septembre, au ministère de l’écologie. L’occasion pour Delphine Batho de revenir sur la manière dont cette grand-messe va se dérouler. La ministre de l’écologie a rappelé les thèmes des 5 tables rondes dont les intitulés ont été rallongés. Il s’agit de lancer le débat sur la transition énergétique, préparer les mécanismes financiers innovants et la fiscalité écologique, la biodiversité, mais aussi prévenir les risques sanitaires environnementaux, et enfin la gouvernance environnementale.

Les membres du Comité national du développement durable et du Grenelle de l’environnement (CNDDGE), participant à cette réunion, ont échangé sur le cadrage des tables rondes. Ils ont eu l’assurance que la trame verte et bleue (TVB), la lutte contre l’artificialisation des terres et la qualité de l’eau seront au cœur du débat sur la biodiversité.

A la demande du Medef et de différentes ONG, ce qui ne devait être qu’une négociation sur la fiscalité (prévue le samedi 15 septembre) abordera dès vendredi 14 les mécanismes financiers innovants.

Aujourd’hui, en début d’après-midi, la ministre de l’écologie a affirmé qu’aucun sujet ne serait interdit et que les tables rondes seraient ouvertes, au cas par cas, à des organisations qui ne siègent pas au CNDDGE.

La liste complète des organisations autorisées à participer à la Conférence environnementale sera publiée par le ministère le 10 septembre.

Pour la première fois, un essai de gouvernance à 6 sera initié pour discuter des futurs grands enjeux environnementaux de la France. «Nous préférons qu’il y ait un peu moins de mesures immédiates prises mais que ces mesures soient fléchées financièrement», affirme Bruno Genty, président de FNE. Les ONG espèrent toutes éviter les effets d’annonce, non suivies de mesures concrètes.

Benoît Faraco, porte-parole de FNH, trouve que l’organisation de la Conférence est un peu confuse, mais «cela montre que cette nouvelle équipe prend conscience de l’urgence à traiter les enjeux environnementaux. Avant d’ajouter: L’urgence écologique est telle qu’on ne pouvait pas attendre 6 mois de plus avant que le gouvernement n’engage des choses fortes».

Cette conférence sera l’occasion pour le gouvernement de définir ses priorités en la matière. «Je n’ai jamais entendu un discours de Jean-Marc Ayrault sur l’écologie», rappelle Benoît Faraco. L’un des grands enjeux de cette conférence est «de voir le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, nous expliquer comment le redressement productif va contribuer à la protection de l’environnement, ou comment Jérôme Cahuzac envisage le verdissement de la fiscalité», conclut le porte-parole de FNH.

 

 

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus