Une centrale pour le pacte électrique breton

Le 01 mars 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

C’est donc depuis Paris que la mise en œuvre du pacte électrique breton se poursuit. Mercredi 29 février, le ministre en charge de l’industrie a annoncé le choix de Landivisiau (Finistère) pour bâtir la centrale au gaz prévue par le plan de sécurisation électrique signé le 14 décembre 2010.

 

Conclu entre la région et l’Etat, ce pacte prévoit un renforcement des efforts de maîtrise des consommations locales, la mise en service de 3.600 mégawatts de capacités de production renouvelable d’ici 2020, le renforcement du maillage du réseau de transport et de distribution et la construction d’une centrale cycle combiné gaz.

 

Pour cette dernière, un appel d’offres avait été lancé, le 27 juin 2011, par la Commission de régulation de l’énergie. Trois projets (tous dans le Finistère) étaient en compétition: l’un porté par l’Enel italienne (à Briec de l'Odet), l’autre par EDF (à Brennilis, près de l’ancienne centrale nucléaire) et le dernier par le duo Direct Energie-Siemens à Landivisiau.

 

C’est ce dernier dossier qui l’a emporté. D’une capacité de 422 MW, cette installation de pointe devra être mise à feu durant l’hiver 2016-17. Le montant de l’investissement prévu est d’environ 400 millions d’euros. Si Direct Energie parvient à boucler son financement. Ce qui n’avait pas été le cas avec son projet de centrale de Hambach (Moselle).



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus