Une centrale nucléaire va fermer plus tôt

Le 09 décembre 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg et Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 Habituellement, les exploitants de centrales nucléaires cherchent à en accroître la durée de vie. Aux Etats-Unis, la démarche est fréquente. Ces dernières années, la Nuclear Regulatory Commission [NRC, l’autorité de sûreté américaine] a donné son autorisation à la poursuite d’exploitation d’une cinquantaine de réacteurs jusqu’à leurs 60 ans, sur la centaine autorisés initialement pour 40 ans.

Dans ce contexte, il est étonnant de voir un propriétaire de centrale négocier un raccourcissement de la durée d’exploitation autorisée. Et pourtant, c’est bien ce qu’Exelon vient de faire avec l’Etat du New Jersey.

De longs mois durant, le plus grand exploitant américain de centrales nucléaires a négocié avec le gouverneur de l’Etat, Chris Christie, la possibilité de fermer le réacteur d’Oyster Creek (un REB de 645 mégawatts) en 2019 plutôt qu’en 2029.

Premier réacteur bouillant à être entré en service aux Etats-Unis (en 1969), Oyster Creek aurait eu besoin de voir rénover son système de refroidissement pour pouvoir fonctionner 19 ans sans accrocs. Trop cher, a estimé Exelon qui préfère arrêter l’installation vieillissante avec 10 années d’avance plutôt que d’y investir.

Les autorités locales ont avalisé cette proposition. Les 700 employés de la centrale sont encore sous le choc.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus