Un troisième prix en verre pour l'usine de Vergèze

Le 30 novembre 2006 par Bérangère Lepetit
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La Verrerie du Languedoc (VDL), à Vergèze dans le Gard, surtout connue pour sa fabrication de bouteilles de Perrier, vient de recevoir le 3e prix «Technologies économes et propres» au salon Pollutec de Lyon. Elle a mis au point un système de récupération d'énergie sur les fumées produites.

Une bonne nouvelle pour la verrerie historique du site Perrier: l'usine a été récompensée d'un 3e  prix dans la catégorie «Technologies économes et propres 2006». Après plusieurs mois de conflit entre l'intersyndicale de l'entreprise et la direction, les ouvriers ont appris l'été dernier que leur entreprise devrait subir 294 suppressions d'emploi et une baisse des salaires de 16% pour les 175 salariés restants. Fondée en 1973, la Verrerie du Languedoc appartient au groupe Nestlé waters France depuis 1993, mais s'apprête à être rachetée par la Financière de la croix blanche, une holding familiale épaulée par Saint-Gobain.

La verrerie produit environ 600 millions de bouteilles en verre par an, dont 30 à 40 millions de bouteilles de vin et travaille notamment pour San Pellegrino et Perrier, son voisin, qui représente 85% du chiffre d'affaires de l'usine. Un voisin bien pratique sans qui rien n'aurait été possible. «La proximité avec Perrier nous permet de leur revendre l'énergie que nous récupérons à partir de nos fumées», explique Michel Montot, le maître d'oeuvre du projet.

La VDL dispose de deux fours de 400 tonnes par jour de verre fondu pour produire ses bouteilles. Dans le cadre de la rénovation d'un de ses fours,  la verrerie a opté pour une technologie de chauffe oxygène-gaz naturel avec production in-situ d'oxygène. La combustion par oxygène permet de réduire de 30% la consommation de gaz naturel et de 90% les émissions polluantes d'oxydes d'azote (NOx) par an.

«On a ensuite joint l'utile à l'agréable», comme le souligne Michel Montot. Afin d'optimiser l'efficacité énergétique du four et de rentabiliser l'investissement, VDL est parvenu à récupérer de l'énergie sur les fumées produites en les refroidissant dans une chaudière produisant de la vapeur, revendue à Perrier.

La chaudière abaisse la température des fumées en dessous de 200°C, ce qui permet ensuite de filtrer ces fumées au moyen de filtres à manche. L'énergie récupérée produit 4 correspond à une consommation énergétique de 450 tonnes équivalent pétrole (tep) par an évitée. La filtration des fumées permet quant à elle d'éviter les rejets de 56 tonnes par an de poussières.

Une étude est actuellement en cours pour recycler les poussières récoltées qui sont pour l'instant mises en décharge.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus