Un troisième plan santé-environnement pour l’Ile-de-France

Le 26 janvier 2017 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un plan soumis à consultation en mars
Un plan soumis à consultation en mars

Le troisième plan régional santé-environnement (PRSE) d’Ile-de-France devrait être approuvé en juin prochain, a estimé la préfecture mercredi 25 janvier. Parmi ses principales mesures, une meilleure prise en compte de la santé lors de la conception de la conception des projets urbains.

Lancé en 2011, le deuxième PRSE francilien est arrivé à échéance en 2015. Parmi ses avancées, la mise en place d’un système de surveillance de la qualité de l’air et du bruit autour des aéroports, la réduction de l’exposition au perchloréthylène chez les riverains de pressings (45% des commerces l’ont abandonné depuis 2011) ou encore des actions pour l’air intérieur dans les établissements accueillant des personnes sensibles.

Après sa présentation mercredi 25 janvier au groupe régional santé-environnement (GRSE), un troisième PRSE francilien sera soumis à consultation publique «courant mars», en vue d’une adoption en juin, indique la préfecture dans un communiqué.

Parmi les nouvelles actions proposées, la prise en compte de la santé lors de la conception des projets urbains, à travers des évaluations d’impact sanitaire. Celles-ci porteront notamment sur «la mobilité, la qualité d’air, la réduction des nuisances liées au bruit, la qualité des espaces publics, l’amélioration du lien social, la promotion de comportements sains grâce aux nouveaux espaces aménagés», détaille la préfecture.

Une meilleure surveillance des plantes allergisantes

Egalement dans le PRSE3, un renforcement de la surveillance et de la lutte contre les plantes allergisantes et les insectes vecteurs de maladies infectieuses, dont le moustique tigre. Sur l’air intérieur, la préfecture prévoit de mettre en place un réseau régional de conseillers médicaux en environnement intérieur (CMEI), chargés de sensibiliser les professionnels de santé à ce sujet.

Autre nouveauté, le plan prévoit d’«accompagner les  industriels dans la mise en œuvre de campagnes de mesures volontaires de nanoparticules sur leur site et dans leur environnement afin de mieux caractériser l’exposition des populations à ces nouvelles technologies».

Paris dispose de son propre plan santé-environnement, une première pour la capitale, présenté en novembre 2016. Au plan national, la France en est à son troisième PNSE, qui couvre la période 2015-19.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus